Dr Oumar Mariko, membre du MDP : ‘’Ibrahim Boubacar Keita est l’obstacle principal à la paix…’’

Le Mouvement Démocratique et Populaire (MDP) a animé une conférence de presse, le 3 juin à la Bourse du Travail.

 

Co-animée par Dr Oumar Mariko, Aboubacar Sidiki Fomba, M’Baila Niang, cette conférence de presse avait pour objectif de présenter le Manifeste du Mouvement Démocratique et Populaire (MDP). Dr Oumar Mariko a fait observer une minute de silence en la mémoire du jeune Abdoulaye Coulibaly de Sikasso, âgé de 36 ans, mort des suites de ses blessures causées par des tirs à balles réelles des forces de sécurité maliennes, lors des manifestations contre l’arrêt de la Cour constitutionnelle proclamant les résultats définitifs des élections législatives. Une façon, dit-il, de rendre aussi ‘’hommage à toutes les victimes civiles et militaires du régime d’Ibrahim Boubacar Keita, qui excelle dans la répression’’.

Poursuivant son analyse critique de la situation, Dr Oumar Mariko déplore la chute du prix du coton à 200 FCFA pour la campagne agricole 2019-2020 contre 275 FCFA l’an dernier. Il dénonce la réouverture des écoles en plein hivernage alors que les paysans ont besoin des enfants dans les champs pendant ces temps pour les travaux agricoles. Il s’insurge contre le dépeçage de la CMDT (qui faisait des routes, des ponts et avait un programme d’alphabétisation des paysans) à qui l’Etat du Mali doit plus de 100 milliards. Avant d’inviter ses camarades à rendre public le manifeste du MDP, il indique que «le régime d’Ibrahim Boubacar Keita est l’obstacle principal à la paix, au développement et à la compétence et empêche les dignes filles et fils d’accéder à des postes de responsabilité ».

Les autres membres du directoire : M’Baïla Niang, Aminata Fofana, Dora Diarra et Aboubacar Sidiki Fomba, ont lu le manifeste du Mouvement Démocratique et populaire. Lequel se présente comme le regroupement des forces patriotiques pour imposer le changement de régime et de système politique qui dirige le Mali depuis 1992.

Comme vision, le MDP affirme son attachement aux valeurs socialistes et humanistes, à la justice, à l’égalité et à la solidarité et prend en charge toutes les préoccupations qui ont enregistré les grandes mobilisations contre les réformes constitutionnelles, institutionnelles, la misère du peuple et l’assujettissement des forces armées maliennes aux forces étrangères.

Pour la sortie de crise, le Mouvement Démocratique et Populaire propose : «la fin de la Troisième République et son remplacement par la Quatrième, la dissolution de l’Assemblée Nationale, l’ouverture des consultations vives pour la mise en place d’une équipe de transition chargée de conduire par l’organisation d’assises nationales en vue de l’élaboration et de l’adoption de la Loi fondamentale, l’audit  de la dette de 1992 à nos jours, l’audit de l’exploitation minière et la mise en place d’une représentation nationale composée de chambres dont l’une représentera la nation dans son unité « Wassa Blon » et l’autre, les populations dans leurs diversités Faso Blonba».

Selon ses responsables, le MDP réclamant la démission du Président de la République, a les mêmes visions que les plateformes CMAS, FSD, EMK. Les conférenciers disent soutenir une telle initiative allant dans le sens de son combat pour la construction nationale. Mieux, ils ajoutent que le Mouvement Démocratique et Populaire a été la première organisation à réclamer ouvertement la démission du Président Ibrahim Boubacar Keita.

Sur la question de la déstabilisation du pays après la démission du régime Ibrahim Boubacar Keita, Dr Oumar Mariko rassure que la démission de celui-ci jettera les bases d’une nouvelle dynamique pour la construction d’un nouveau Mali sur des fondements sains afin d’amorcer le processus de développement économique, social et culturel.

Alpha Sidiki Sangaré

Source : Le Challenger

Suivez-nous sur Facebook sur