Dr Oumar Mariko l’a déclaré hier : « L’accord politique et le dialogue national inclusif ne changeront rien à cette situation de malaise généralisé »

Très acerbe contre le régime, le député Oumar Mariko dépeint une situation de pauvreté extrême : « L’accord politique et le dialogue national inclusif ne changeront rien à cette situation de malaise généralisé ».

 

 Le président du parti Solidarité Africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi), Dr Oumar Mariko était hier lundi face à la presse. L’objectif était  d’évoquer la situation politique nationale du pays et l’actualité. Au cours de cette rencontre qui s’est déroulée au siège du parti Sadi, le député élu à Kolondièba a tiré à boulet rouge sur le pouvoir.

Connu pour ses prises de position souvent radicales, le président du parti Solidarité Africaine pour la démocratie et l’indépendance a au cours de cette rencontre avec la presse invité les maliens à un rassemblement patriotique, car selon lui, l’accord politique et le dialogue national inclusif ne sont pas des réponses adéquates à la situation actuelle. « L’accord politique et le dialogue national inclusif ne changeront rien à cette situation de malaise généralisé sur un fond de pauvreté  extrême », s’indigne Oumar Mariko. Pis, il estime que les maliens ont fortement besoin du retour de la paix et de la sécurité par l’établissement du dialogue sur la base de la confiance entre citoyens impliqués.

Face à la situation sécuritaire, le président du parti Sadi a proposé d’établir un système de défense qui règle les questions du type d’armée et de forces de sécurité engagées dans la protection des citoyens et de la défense de l’intégrité territoriale. L’élu  en a profité pour de souhaiter également que le problème du fichier électoral soit définitivement tranché.

Il est clair pour Dr Oumar MARIKO que ‘’les causes des soulèvements des masses populaires, les revendications syndicales, les créations des milices et leurs exactions contre les populations des régions de Mopti, Ségou ainsi que les exactions des forces de sécurité et de l’armée sur les populations civiles, qui s’ajoutent aux conflits intra ethniques sous le label de l’esclavage ou des pratiques coutumières qui altèrent la cohésion sociale et les fondements de la nation, sont de la responsabilité exclusive du régime d’Ibrahim Boubacar Keita’’.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur