DIONCOUNDA TRAORE, UN HAUT REPRESENTANT INVISIBLE : Les autorités n’ont-elles pas mis la charrue avant le bœuf ?

Sans lui définir ou le confier une mission concrète, IBK a nommé le 20 juin 2019, le Pr Dioncounda Traoré, ancien président de la Transition comme son Haut représentant pour le Centre. Près de deux mois après, les populations des zones dites du Centre cherchent désespérément, l’ambassadeur promis, pardon, le fameux Haut représentant.

 

Le 20 juin 2019, le Président de la République informait le Conseil des ministres et le reste de la population malienne de la nomination du Pr Dioncounda Traoré, comme son Haut représentant pour le Centre. Le peu espoir né de cette nomination a vite été estompé par l’inertie ou le manque d’initiatives du fameux Haut représentant. Car, après sa rencontre du 22 juin 2019 avec le Président de la République, le Pr Dioncounda Traoré, le Haut représentant s’est éclipsé ; se limitant seulement avec quelques audiences. Chose bizarre, dans ses audiences, le Haut représentant n’a pas, à notre connaissance, rencontré aucune association des ressortissants du Centre, c’est-à-dire les bureaux de Tapital Pulaku ou de Ginna Dogon et autres. Car, comme il se le dit, ce sont les peulhs et les dogons qui sont en conflit dans cette partie du Mali. Donc, le Haut représentant devrait les rencontrer dare-dare pour au moins tracer une feuille de route ou définir la conduite à suivre. Mais, jusque-là, rien de tout cela.

Pour rappel, le 22 juin dernier, après sa rencontre avec le président de la République, le Haut représentant pour le Centre mesurait à la fois l’importance et la difficulté de la tâche à lui confiée en ces termes : «j’ai été honoré d’être choisi pour mener à bien cette mission; du fait qu’elle est difficile, on me fait appel à moi, c‘est probablement dû à la qualité. Mais au-delà de cela, je reçois la mission avec humilité mais aussi avec beaucoup de détermination, avec bonne volonté. J’espère contribuer à la résolution de ce problème au Centre du Mali  avec l’accompagnement de chaque Malien, de chaque Malienne parce que mon pays aujourd’hui a besoin de ça. Donc c’est une lourde tâche. Je disais tout à l’heure à mon frère Président que j’avais pensé que désormais j’allais passer le reste de ma vie dans le confort, mais lorsque lui me fait appel, je réponds et lorsque le Mali fait appel à moi je réponds». Depuis ce message d’espoir, c’est presque c’est le silence radio, et rien de concret venant du Haut représentant. Ce sont seulement les messages des attaques dans cette partie du Mali, avec ses lots de morts, de blessées et de déplacées qu’on attend en longueur de journée.

Aussi, depuis, la nomination du Pr Dioncounda Traoré à ce poste, le Premier ministre, le Dr Boubou Cissé a fait deux tournées dans le Centre du pays sans qu’on attente parler son l’ambassadeur, pardon le haut représentant.

 

Sur un autre terrain

En effet, courant fin juillet, début aout, le Haut représentant du Président de la République pour le Centre était à Ouagadougou pour la quatrième édition de la Coupe Panafricaine de Débats ; une initiative de la Première Dame du Mali, Mme Keita Aminata Maïga, qui s’est déroulée du 28 juillet au 3 août 2019. Comme pour dire qu’il est toujours resté loin de son Centre où il a été accrédité par le Président de la République.

Toute chose qui fait dire à certains analystes que la nomination du Pr Dioncounda Traoré est comme si les plus hautes autorités du pays ont mis la charrue avant le bœuf. Il attendrait à ce qu’une mission bien plus concrète lui soit confiée. Comme le dirait l’autre, on cogne le mur, la tête baissée et on réfléchit. Que c’est dommage ! Sinon, les membres du triumvirat n’ont pas du tout chômé après leur nomination. Connaissant bien leur mission, ils se sont mis à la tâche avec des rencontres et des audiences.

En somme, l’immobilisme du Pr Dioncounda Traoré dans cette fonction, donnerait raison à ceux qui avouaient, lors de sa nomination, qu’il n’était pas la personne la mieux indiquée pour ce poste de Haut représentant. Pour eux, c’est l’ancien président de la République ATT, originaire de la zone, aussi ancien médiateur dans un conflit, qu’il fallait à ce poste. Lui, au moins, n’aurait pas attendu tout cela pour se rendre au Centre ou rencontrer des responsables de la zone.

Dieudonné Tembely

Source: L’Evènement

Suivez-nous sur Facebook sur