DIOLA : Tous avec Diarassouba ! Le SADI, le PARENA, le CNID et d’autres partis décident de soutenir l’enfant du Banicocontre la liste MODEC-URD- ADEMA…

Dans la circonscription électorale de Diola, le secrétaire à l’organisation du Bureau Politique National du Rassemblement Pour le Mali (BPN-RPM) et non moins questeur à l’Assemblée Nationale (AN), a constitué une liste propre de 5 candidats, tous des Tisserands bon teint.

Fort de son implantation avec plus de 50% des conseillers communaux du cercle, 14 maires sur 23 (plus de 50% des maires), l’honorable Diarassouba a pris des risques pour voler par ses propres ailes. Il a osé prendre ce risque, en raison également de sa notoriété, sa proximité avec les populations

En effet, Diarassouba a la réputation d’être un bon député, tant au sein de l’hémicycle qu’au niveau des populations de sa circonscription. A l’Assemblée nationale, il est au centre de toutes les grandes manœuvres pour soutenir, conseiller le gouvernement dans le débat législatif. Il fait également du lobbying pour faire passer ou bloquer des projets de lois pour diverses raisons. Ce qui fait de lui, un homme incontournable au sein de l’hémicycle.

A  Diola où il est peint comme étant un député du peuple, Diarassouba ne manque à aucune activité sociale : décès, mariage, baptême. Comme disent les bambaras « ses pieds et ses mains sont visibles à Diola ». C’est pour cette raison que les partis comme le SADI, le PARENA, le CNID et bien d’autres ont décidé de soutenir sa candidature. Et plus loin, ils vont même intégrer sa direction de campagne.

Conseiller pédagogique de son état, Mamadou Diarassouba, ancien député de l’ADEMA-PASJ de Kolokani (1992-1997), se vanta de rejoindre sa terre natale de Banico (Diola) où il sera réélu pour la législature (1997-2002). Déjà en 2000, il fait partie du cercle restreint étiqueté pro-IBK au sein de l’ADEMA-PASJ. C’est donc, sans grande surprise qu’il quitte la ruche en 2001 pour participer à la création du RPM.

Depuis cette date, il a fortement implanté le parti d’IBK à Diola. C’est bien dans cette circonscription qu’IBK fait le plein des voix au cours des présidentielles qu’il avait perdues et celles qu’il a successivement  gagnées en 2013 et 2018.

Diarassouba est un grand leader qui mobilise les électeurs. Pour autant, pourrait-il relever ce challenge ? Le soir du 29 mars nous édifiera.

El Hadj ChahanaTakiou

 

Dans la circonscription électorale de Diola, le secrétaire à l’organisation du Bureau Politique National du Rassemblement Pour le Mali (BPN-RPM) et non moins questeur à l’Assemblée Nationale (AN), a constitué une liste propre de 5 candidats, tous des Tisserands bon teint.

Fort de son implantation avec plus de 50% des conseillers communaux du cercle, 14 maires sur 23 (plus de 50% des maires), l’honorable Diarassouba a pris des risques pour voler par ses propres ailes. Il a osé prendre ce risque, en raison également de sa notoriété, sa proximité avec les populations

En effet, Diarassouba a la réputation d’être un bon député, tant au sein de l’hémicycle qu’au niveau des populations de sa circonscription. A l’Assemblée nationale, il est au centre de toutes les grandes manœuvres pour soutenir, conseiller le gouvernement dans le débat législatif. Il fait également du lobbying pour faire passer ou bloquer des projets de lois pour diverses raisons. Ce qui fait de lui, un homme incontournable au sein de l’hémicycle.

A  Diola où il est peint comme étant un député du peuple, Diarassouba ne manque à aucune activité sociale : décès, mariage, baptême. Comme disent les bambaras « ses pieds et ses mains sont visibles à Diola ». C’est pour cette raison que les partis comme le SADI, le PARENA, le CNID et bien d’autres ont décidé de soutenir sa candidature. Et plus loin, ils vont même intégrer sa direction de campagne.

Conseiller pédagogique de son état, Mamadou Diarassouba, ancien député de l’ADEMA-PASJ de Kolokani (1992-1997), se vanta de rejoindre sa terre natale de Banico (Diola) où il sera réélu pour la législature (1997-2002). Déjà en 2000, il fait partie du cercle restreint étiqueté pro-IBK au sein de l’ADEMA-PASJ. C’est donc, sans grande surprise qu’il quitte la ruche en 2001 pour participer à la création du RPM.

Depuis cette date, il a fortement implanté le parti d’IBK à Diola. C’est bien dans cette circonscription qu’IBK fait le plein des voix au cours des présidentielles qu’il avait perdues et celles qu’il a successivement  gagnées en 2013 et 2018.

Diarassouba est un grand leader qui mobilise les électeurs. Pour autant, pourrait-il relever ce challenge ? Le soir du 29 mars nous édifiera.

El Hadj ChahanaTakiou

 

Source : Le 22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook sur