Des quotas pour les nouvelles régions au recrutement à la police : Les bons points du Général Salif Traoré

En plus de l’installation de leur gouverneur, s’il y a un geste que les habitants des 6 régions administratives, nouvellement créées, peuvent saluer c’est bien une décision que le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général de Division Salif Traoré, vient de prendre dans le cadre du recrutement des élèves fonctionnaires dans le corps de la Police nationale.

Dans un gouvernement de combat et de difficile mission comme le présent, il ne fallait pas nommer ou reconduire n’importe qui comme ministre. Parmi les plus méritants du gouvernement Boubou, l’on retrouve sans doute aux premiers rangs le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général de division Salif Traoré qui vient une fois de plus justifier sa reconduction par une sage décision après l’apaisement du climat social dans la région de Ségou.

En effet, par l’arrêté N° 3633/MSPC-SG du 16 octobre 2019 portant modification de l’arrêté N°2019/MSPC-SG du 23 août 2019, portant ouverture d’un concours direct de recrutement d’élèves fonctionnaires de police, le ministre Salif Traoré permet aux régions de Nioro (50), Dioïla (50), Bougouni (50) et Koutiala (125) de bénéficier d’un quota de 275 pour l’intégration au corps de la police nationale sur un total de 2 150 élèves sous-officiers pour l’ensemble des 14 régions administratives que compte le pays plus le district de Bamako. Déjà par le précédent arrêté, les régions de Ménaka et Taoudeni bénéficiaient chacun d’un quota de 45 postes pour un total de 90.

Par cet acte, le général de Division contribue grandement à l’absorption du taux de chômage dans lesdites localités à la démographie galopante.

Autres décisions importantes du ministre Salif Traoré, c’est la répartition des 10 postes de commissaires et les 15 postes d’Officiers de police dont les spécificités sont les suivantes: médecins généralistes (2), Anglais (2), Allemand (2), Franco-arabe (2), Psychologie (2) pour les Commissaires de Police; technicien supérieurs de santé (3 laborantins), technicien supérieur de santé (2), informatique de gestion (2) et généraliste (8) pour les Officiers de Police.

Ainsi pour un travail harmonieux, le directeur général de la Police nationale, le directeur des ressources humaines du ministère de la Sécurité et de la Protection civile et le directeur des finances et du matériel du ministère de la Sécurité et de la Protection civile ont été chargés, chacun en ce qui le concerne par le ministre Salif Traoré, de la bonne application du présent arrêté.

Alassane Cissouma

Mali Tribune

Suivez-nous sur Facebook sur