Décentralisation et gouvernance locale inclusive et durable : UN PROJET POUR RENFORCER LES CAPACITÉS DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES DE SÉGOU ET SIKASSO

Le projet «Décentralisation et gouvernance locale inclusive et durable» a tenu, mardi dernier, dans la salle de conférence du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, son comité de pilotage. C’était sous la présidence du représentant du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Abdoulaye Mahamane.

La rencontre s’est déroulée en présence des représentants du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l’ambassade du Grand-Duché de Luxembourg au Mali, respectivement Henri Mashagiro et Patrick Fischbach.Pendant une journée, les membres du comité de pilotage étaient appelés à valider le rapport d’activités 2018 du projet ; à examiner et à adopter le plan de travail annuel de 2019 dudit projet.
Cofinancé par le Luxembourg et le PNUD, le projet est mis en œuvre par le PNUD en partenariat avec la direction générale des collectivités territoriales dans les cercles de Ségou, San, Tominian et Bla dans la région de Ségou et le cercle de Yorosso dans la région de Sikasso. Il vise à appuyer le gouvernement dans la réalisation de ses efforts d’approfondissement de la décentralisation notamment dans son document Cadre de politique nationale de décentralisation 2015-2024.
Selon le représentant du PNUD, à travers ce projet, son organisation apporte une réponse stratégique à la promotion du développement économique régional auprès du gouvernement notamment par le renforcement des capacités des collectivités territoriales cibles de Ségou et de Sikasso à délivrer des services publics de base et par l’amélioration de leurs capacités à mobiliser les ressources financières dans la perspective des principes de la bonne gouvernance.
«Ainsi, le projet contribue à l’atteinte de l’objectif plus global de développement des capacités nationales pour une mise en œuvre efficiente du Cadre de coopération du PNUD avec le Mali (CPD, 2015-2019) et du PIC III Luxembourg/Mali (2015-2019), dans les zones de concentration opérationnelle ciblées au sud du pays», a précisé Henri Mashagiro. Il a tenu à remercier ensuite l’ensemble des acteurs pour leur engagement dans le processus de mise en œuvre du programme. Enfin, il a réitéré l’engagement du PNUD à soutenir notre pays conformément à ses missions et aux visions et programmes des autorités.
Quant au représentant de l’ambassade du Grand-Duché de Luxembourg, il a indiqué que cette rencontre offrait non seulement l’opportunité d’apprécier le chemin parcouru en 2018, mais également d’aborder les étapes à franchir cette année.
«Dans cette optique, il nous revient ensemble aujourd’hui de veiller à la maximisation de la valeur ajoutée que peut apporter le partenariat entre le Mali et le Luxembourg», a souhaité Patrick Fischbach qui ajoutera : «Notre objectif commun est finalement d’être à la hauteur des ambitions établies par le gouvernement et de faire du partenariat entre le Luxembourg et le Mali un partenariat plus utile, plus fort et aussi durable».
De son coté, le représentant du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a indiqué qu’il revenait aux membres du comité de pilotage d’examiner minutieusement les résultats du projet en 2018, de donner toutes les orientations nécessaires et de formuler les recommandations à l’équipe du projet en vue d’engranger des résultats plus performants au titre de l’année 2019. «Je demeure convaincu que la mise en œuvre des activités planifiées permettra aux collectivités bénéficiaires d’améliorer la qualité de leur gouvernance et de créer les conditions de leur envol socio-économique propice au bien-être de leurs populations», a espéré Abdoulaye Mahamane.
En outre, il a rappelé que l’intervention du projet s’inscrit dans une dynamique de renforcement des capacités des acteurs locaux en vue d’une amélioration de la qualité des services publics de base rendus aux populations. «C’est pourquoi, j’invite l’ensemble des acteurs à identifier minutieusement toutes les opportunités visant à aider les collectivités territoriales à relever le défi du financement du développement régional et local dont elles ont la charge», a exhorté le représentant du département en charge de l’Administration territoriale.
Pour terminer, M. Mahamane a remercié l’ensemble des partenaires techniques et financiers, en particulier le Luxembourg et le PNUD pour l’accompagnement des initiatives des autorités en matière de développement en général, et plus particulièrement dans la consolidation de notre processus de décentralisation.

Bembablin DOUMBIA

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook sur