Crise multidimensionnelle au Mali : que deviennent les anciens chefs d’Etat ?

Depuis un certain temps, les fils du Mali ne parlent plus le même langage. La contestation se fait sur tous les fronts. Rien ne va plus dans un pays où l’insécurité devient de plus en plus inquiétante. Si Moussa Traoré a joué sa partition en essayant de créer un cadre de dialogue entre les protagonistes, alors, que deviennent les autres anciens chefs d’Etat ?

 

Le Mali appartient à tous les maliens. Et lorsqu’il brûle, personne n’est à l’abri, personne ne sera épargné. Dans un pays ami de la sous-région, les anciens chefs d’Etats sont les conseillers spéciaux du Président de la République, en l’occurrence, le Ghana. Ils sont régulièrement consultés par le chef de l’Etat afin qu’ils donnent leur point de vu par rapport à la gestion du pays. Le geste venant de Moussa Traoré en invitant les acteurs à son domicile, était une initiative personnelle, car selon lui-même, à 84 ans, il ne veut pas mourir avec des remords. Ce geste salutaire du général Traoré montre à suffisance le rôle que peut jouer un ancien président dans un pays. Soulignons tout de même que Moussa Traoré est le plus sollicité par l’actuel locataire de Koulouba depuis sa prise de pouvoir. Si cela réhabilite le général Moussa Traoré, c’est un coup dur pour la démocratie et met à nu la bonne vertu et la compétence des démocrates. Même si Dioncounda Traoré a été nommé représentant spécial du chef de l’Etat au nord, il est à même, capable de jouer un grand rôle de médiateur ou donner son expertise au Président par rapport à la gestion de la crise en tant que vieux routier de la scène politique malienne. Que devient le Président Amadou Toumani Touré depuis son retour d’exil ? Et pourtant, la phrase du général Touré qui a le plus attiré l’attention à sa descente d’avion est : « je me mets au service de mon pays ». Une phrase pleine de signification et loin d’être démagogique puisqu’il était aux côtés du Président de la République Ibrahim Boubacar Keita lors de la cérémonie de clôture du dialogue national inclusif. N’a-t-il pas un rôle à jouer dans cette crise ? Nous pensons que oui puisque quoi qu’on dise ou que l’on pense, il a beaucoup d’amis dans l’arène politico- religieuse et il est encore beaucoup estimé par les maliennes et les maliens. La foule qu’il a drainé lors de son retour  sur le sol du Mali montre à suffisance qu’ils sont encore nombreux les maliens qui l’estiment. Qu’est-ce qui empêche le Président de la République de solliciter sa médiation et son expertise ? En ces moments difficiles, ne devrait-on pas mettre de côté l’orgueil et voir toutes les pistes susceptibles d’amener l’accalmie dans notre pays si nous l’aimons réellement ? Que dire du Président Alpha Oumar Konaré, l’ami personnel d’Ibrahim Boubacar Keita ? Alpha peut-il refuser d’aider le Mali ? Nous pensons que non car malgré tout ce que les uns et les autres peuvent penser, Alpha est un grand patriote qui a tout donné à ce pays et nous en sommes sûrs, prêt encore à sacrifier son temps et son énergie pour notre beau pays. Etre ancien président ne fait pas de vous un ennemi du pays, mais au contraire, une personne ressource avec une vision extraordinaire de bâtisseur, de conciliateur et de rassembleur. En laissant ces anciens présidents à la touche, nous pensons que IBK fait du mal à ce pays car leurs expertises sont des richesses dont ce pays a besoin pour se construire. S’il est vrai que le Mali a besoin de tous ses fils pour se construire, alors le Président Ibrahim Boubacar Keita doit, pour l’amour qu’il a pour pays, faire recours à ces anciens dignitaires pour sortir notre pays du gouffre, car n’ayons pas peur des mots, c’est là que se dirige malheureusement notre beau pays.

Bakara Diallo

Source : L’Analyste

Suivez-nous sur Facebook sur