Course pour Koulouba : La Convention des Bâtisseurs dévoile sa stratégie de conquête du pouvoir

Les leaders politiques réunis au sein de la Convention des Bâtisseurs étaient face à la presse, le vendredi 8 juin dernier, à la Maison de la Presse. Objectif: présenter les candidats signataires et l’objectif de ladite convention.

Les candidats à l’élection présidentielle, unis au sein d’une coalition dénommée la ‘’Convention des Bâtisseurs’’, se sont engagés à mutualiser toutes leurs ressources afin de porter un des leurs à la présidence du Mali à la prochaine élection présidentielle du 29 juillet. Il s’agit de Pr Clément Mahamadou Dembélé du CPC Maliko, Hamadoun Touré de l’Alliance Kayira, Housseyni Amion Guindo de la CODEM, candidat des PUR, Moussa Sinko Coulibaly de la Plateforme pour le Changement, Moussa Mara du parti Yèlèma, Modibo Sidibé des FARE An Ka Wuli, candidat du Nouveau Pole Politique (NPP) et Mountaga Tall du CNID Faso Yiriwa Ton, candidat de l’UMA.

« Si nous sommes là aujourd’hui, c’est grâce à vous les Maliens qui nous demandez tous les jours de nous rassembler, d’être unis pour bâtir ensemble ce pays. Nous sommes là devant vous avec vous et pour vous. Tous les hommes qui sont là devant vous, ont déjà pris l’engagement et ont signé la charte des Bâtisseurs », a déclaré Pr Clément Dembélé, porte-parole de la Convention des Bâtisseurs. Avant d’ajouter : «Nous candidats à l’élection présidentielle 2018 au Mali, sommes réunis au sein d’une alliance politique et sociale dénommée Convention des Bâtisseurs. Elle a pour but de protéger le Mali, d’apporter des vraies réponses aux problèmes d’ordre économique, politique, sécuritaire, social et culturel».

A en croire Pr Clément Dembélé, le Mali est confronté à des difficultés auxquelles il est d’une impérieuse nécessité pour eux de mutualiser toutes les ressources disponibles pour un changement radical de gouvernance. Ces difficultés évoquées par  Pr Dembélé concernent la sécurité, l’alimentaire, la santé, l’éducation, la formation, l’emploi et la corruption qui selon lui, demeurent les défis à relever pour le pays.

« Les signataires s’engagent à mutualiser tous les efforts humains, matériels et logistiques, avant, pendant et  après les élections pour la transparence et le bon déroulement de ces élections. Chaque candidat signataire ainsi que ses représentants défendent les intérêts de tous les candidats pendant tout le processus électoral », a-t-il indiqué. Et d’expliquer que pour l’élection présidentielle, les candidats de la convention s’efforcent à obtenir une candidature unique ou à défaut, un nombre restreint de candidats.

« Au sein de la convention, le candidat qui franchit le premier tour des élections présidentielles sera soutenu et accompagné par l’ensemble des signataires du présent protocole et ce pendant et après la période électorale. Le candidat en cas de victoire à l’issue des élections s’engage expressément à tenir compte des points clés contenus dans les programmes des autres candidats. Si deux candidats se retrouvent au second tour, chaque autre candidat votera librement pour le candidat de son choix. Si aucun des candidats n’est présent au second tour, une décision engageant l’ensemble des candidats sera prise par consensus et à défaut, à la majorité. Une équipe de négociateurs sera alors désignée pour discuter avec le candidat à soutenir », a expliqué Pr Clément Dembélé, porte-parole de la coalition.

Concernant les élections législative, régionale et municipale, le Professeur Dembélé a fait savoir que chaque signataire est libre de présenter ses candidats sur une liste. Mais que la priorité est donnée aux listes communes de la convention pour la mutualisation humaine, logistique et matérielle. Car selon lui, lorsqu’un membre compose avec une autre liste, ce dernier perd tous les  droits et privilèges de la coalition et ce, pour les autres élections qui suivent.

Moussa Sékou Diaby

 

Source: Tjikan

Suivez-nous sur Facebook sur