Ristournes des producteurs de cotons : 9,462 milliards de F CFA non justifiés sur six ans

On en sait un peu plus sur les raisons de l’embastillement de Bakary Togola le jeudi 12 septembre 2019, à la Maison centrale d’arrête de Bamako Coura. Le procureur anti-corruption a porté des éclairages sur cette affaire que nous avons décidé d’appeler désormais “ristournegate”.

 

Sans le dire ouvertement, le mobile du point de presse du samedi dernier, dans la salle d’audience du tribunal de grande instance de la Commune III (que le procureur Kassogué entend ajouter désormais à son arc dans la lutte contre la corruption), était de couper cours d’abord aux fake news. A la recherche du sensationnel, des “facebookers” et certains journalistes ont donné leur raison de l’arrestation du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam). D’autres se sont évertués à citer des complices sur la base de dénonciations supposées faites par Bakary Togola aux juges au moment de son audition.

Comme pour donner raison à votre bihebdomadaire Mali Tribune dans toute sa ligne éditoriale sur cette affaire dite Bakary Togola, M. Kassogué a fait savoir que le Pôle économique a reçu une dénonciation anonyme qui l’a fait déclencher des enquêtes. Cette dénonciation parlait de 3,4 milliards de F CFA. C’est à partir de ces faits qu’une enquête judiciaire a été déclenchée par la Brigade de recherche du pôle dirigée par un officier supérieur de gendarmerie.

Des investigations ont finalement fait ressortir 9, 462 milliards de F CFA. Il s’agit des détournements sur les 13,431 milliards de F CFA versés de 2013 à 2019 à la C-SCPC par la CMDT. Sur ce montant, 8,854 milliards de F CFA ressortent de la comptabilité de la confédération. Un montant de 4,576 milliards de F CFA non comptabilisés a été découvert. Sur les 8 milliards de F CFA comptabilisés, 3,969 milliards de F ont pu être justifiés. Ainsi, 4,885 milliards de F CFA sont sans traces. Le total de l’argent non justifié est estimé à 9,462 milliards de F CFA. Donc un montant reproché à M. Togola.

 

Un gap de 9,462 milliards de F

C’est ce gap de 9,462 milliards de F CFA au bouclage de l’enquête préliminaire qui l’a conduit devant un juge d’instruction. Une information judiciaire est ouverte contre le suspect Togola pour faux, usage de faux, soustraction frauduleuse, détournements et autres malversations”. La barre des 10 millions de francs CFA étant nettement dépassée pour l’ouverture d’une information judiciaire contre Bakary Togola, le fait de le placer sous mandat de dépôt trouve ainsi toute sa raison, à en croire le procureur anti-corruption.

Les investigations se poursuivent et le montant reproché peut évoluer à la hausse ou à la baisse comme l’a souligné le procureur Kassogué. Nonobstant, M. Togola bénéficie de la présomption d’innocence tant que des preuves formelles de sa culpabilité ne sont pas étayées.

“Aucune plainte, aucune dénonciation ne restera sans suite. S’il n’y a rien on le dira en tous les cas, les intéressés répondront de leurs actes”, a affirmé M. Kassogué pour raffermir sa détermination à poursuivre la lutte contre la corruption dans notre pays.

Abdrahamane Dicko

XXXX

 Dans les coulisses de l’arrestation de Bakary Togola :

Un dossier dormant depuis 4 mois :

C’est depuis au mois de juin 2019 que le Pôle économique et financier a été saisi d’une dénonciation anonyme portant sur les malversations financières de Bakary Togola, président du Conseil d’administration de la C-SCPC. Dans la même période, il était visé par d’autres enquêtes sur d’autres dossiers comme l’imitation de signature du PDG de la CMDT, Pr. Baba Berthé (dans l’affaire d’importation avortée d’intrants agricoles de mauvaise qualité).

Le procureur de l’époque, Mamadou Bandiougou Diawara a alors jeté les bases des enquêtes préliminaires sur les détournements présumés en commençant d’abord à fouiller dans la gestion au niveau de la C-SCPC. La dénonciation de la Plateforme contre la corruption et le chômage (PCC) sur les mêmes malversations est venue un peu plus tard. Les lignes avaient commencé à bouger véritablement. L’administration judiciaire étant une continuité, le procureur Mamoudou Kassogué, qui était le 1er substitut de son prédécesseur Diawara, a ordonné de placer sous mandat de dépôt Bakary Togola, le jeudi 12 septembre 2019, à la fin des enquêtes préliminaires face à l’énormité des charges retenues contre lui. Si les choses ont trainé jusque-là, ils ont évité de distraire les paysans en laçant les enquêtes en début de la saison agricole.

Bakary Tombé malade, sous sérum au Pôle :

Les deux jours d’interpellation au Pôle économique et financier, suivis de son placement en garde de vue le jeudi où il y a passé la nuit, ont certainement détérioré la santé du prévenu Togola. Ce dernier a passé la journée de vendredi sous sérum dans les locaux du Pôle. Des justiciables partis pour des affaires les concernant peuvent témoigner de la scène pathétique dont ils ont été témoin en voyant ce monsieur jadis bien luisant et toujours joyeux et requinqué, dans un piteux état physique et psychique. La psychose et la désolation sont passées par là. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

Des billets de banque craquants au Pôle :

Selon son entourage, Bakary ne lésine jamais sur les moyens pour parvenir à ses fins. Il a lui a même généralement pour slogan favori, aw ye doni don ada” (mettez lui un peu dans sa bouche, manière de le faire taire à jamais). Des magistrats qui n’ont pas encore jeté leur honneur aux chiens n’ont jamais été épargnés par la tentation de Bakary Togola. Des centaines de millions de F CFA (nous avons l’information sur portant sur plus de 200 millions de F CFA pour certains) ont été proposés, mais qui ont été rejeté fermement. Aussi pendant les quelques jours de va-et-vient au Pôle pour ses auditions avant sa garde à vue, c’était la fête pour les gardes en faction et autres personnels. Chaque fois qu’il y venait, il les arrosait de billets de banques craquants. Certains regrettent la fin brusque de la procédure judiciaire, source d’argent.

Rassemblés par

A. Dicko

Mali Tribune

Suivez-nous sur Facebook sur