PING-PONG ENTRE LA DIRECTION RÉGIONALE DES TRANSPORTS DE KOULIKORO ET La DNT

Plus de 5 millions FCFA de pot-de-vin chaque semaine entre les deux directeurs

 

A la direction régionale des transports de Koulikoro, sous les commandes du directeur Souleymane Camara et à la direction nationale des transports pilotée par Mamadou Koné, les sales affaires marchent comme sur des roulettes. C’est ce qui ressort d’une enquête menée sur les lieux et qui retient deux graves particularités propres aux deux directions : népotisme et magouille.

En ce qui concerne le directeur régional de Koulikoro, il se tape plus de 3 millions de FCFA lors de la passation des permis de conduire. Cette grosse  somme est le cumul des 10.000 FCFA comme arrangement  réclamés aux candidats devant passer l’examen pratique des permis de conduire. Quant à la direction nationale des transports, c’est encore pire.

D’abord, à la direction régionale des transports de Koulikoro, comme ailleurs à l’Office National des Transports (ONT), le fameux vocable (arrangement) est une source d’enrichissement illicite des directeurs. Nauséabond que cela paraitre, malheur au candidat qui ne veut pas « arranger ». Cette bassesse qui fleurit plus à la direction des transports de Koulikoro, se passe au vu et au su d’un directeur national des transports moins exemplaire que ses subalternes.

Si tous les hauts responsables en charge des transports de notre pays sont de cette espèce, il ya fort à craindre pour la sécurité routière. Mais heureusement qu’il y en a encore de ces directeurs qui font bon exemple.

En tous cas, le sieur  Souleymane Camara, directeur des transports de Koulikoro, n’est pas du lot de référence. Car, ce selon des sources crédibles, il exigerait 10.000 FCFA aux candidats qui passent les examens pratiques. Cela  consiste à tester le candidat au volant. De ce fait, en manque de sagesse, le directeur Souleymane Camara peu exemplaire dans sa démarche préjudiciable, se soucie peu de la sécurité des maliens sur la route. Car chez lui, il suffit juste de payer pour  avoir un permis de conduire de la république du Mali. Il brade ainsi la vie des millions d’usagers de la route. Ce qui n’est pas grand-chose pour lui et n’en dit pas tout sur ses business. Cet homme d’affaire à la tête d’une direction régionale stratégique est loin d’être l’homme idéal à ce poste. Car aussi stratégique qu’indispensable pour la politique des transports, la direction régionale de Koulikoro est beaucoup attendue sur le chantier routier au Mali.  Mais bien au contraire, pour Souleymane Camara, la direction des transports de Koulikoro est une vache laitière.

En effet, outre les permis de conduire, le directeur Camara dans son appétence ne laisse rien passer. Même les visites médicales des demandeurs de permis, il y trouve ses comptes sur chaque prétendant au permis catégorie poids lourd. Pire, une carte grise sans expertise de la voiture, ou encore en absence même de la voiture,  le directeur régional vous invite à Koulikoro pour vous la livrer. Il suffit juste de se plier à la fausse et déloyale règle du DG via les dessous de table. A en croire à nos sources, inimaginable mais vrai, des cartes grises sont délivrées sans même que le véhicule auquel elle appartient ne soit sur place.

Il faut signaler qu’il n’opère pas seul. Avec sa horde, il gère sa direction comme son patrimoine ? Que serait la direction régionale des transports de Koulikoro après sa gestion ? Il  aurait trouvé encore mieux à faire en recrutant ses amis retraités de la boite. Peu conscient de l’ampleur de la tâche qui doit être sienne à ce poste, le directeur régional de Koulikoro aurait même permis à cinq agents retraités, le droit de signer et de tout faire.

A ce stade, on serait tenté d’admettre que le secteur des transports de notre pays est miné par des sangsues de grand calibre qui sont à dénicher pour l’assainissement tant nécessaire et attendu dans le secteur des transports qui est aussi vital que crucial pour notre pays.

A suivre !

Tang.Doz

LE DENONCIATEUR:

Suivez-nous sur Facebook sur