Ministère de la Défense et des Anciens combattants : Une affaire de faux contrat sur 700 millions de FCFA fait des vagues

Après la mise sous mandat de dépôt du commerçant Cheickné Sylla alias colonel inculpé pour faux et usage de faux et le placement sous contrôle judiciaire, du cadre de la banque incriminé, pour complicité de faux, l’étau se resserre autour de certains officiers supérieurs du ministère de la Défense et des Anciens Combattants. C’est le cas du Directeur des finances et du matériel (DFM), le colonel-major Abdoulaye Traoré et certains de ses collaborateurs porteurs d’uniformes pour des besoins d’enquêtes. Selon nos informations, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Général Ibrahima Dahirou Dembélé les a mis à la disposition du juge d’instruction, sur demande du ministère de la justice.

Dans cette affaire, le juge d’instruction du Pôle économique et financier avait déjà procédé aux premières inculpations et mise sous mandat de dépôt en début mai 2020. Il s’agit de Cheickné Sylla dit Colonel, PDG de Motors Leader Africa Sarl (GMLA Africa) pour faux et usage de faux. Un cadre du service des risques de la BCS-SA inculpé pour complicité de faux a été mis sous contrôle judiciaire.

L’affaire faux contrat de livraison de véhicules au ministère de la Défense et des Anciens combattants pour 2020, qui a permis à l’opérateur économique Cheickné Sylla dit Colonel, un des fournisseurs du ministère de la Défense et des Anciens Combattants, de bénéficier d’un nantissement à la BCS-SA, d’un montant de plus de 700 millions de F CFA, continue ainsi de faire des vagues. Pour établir son faux contrat de livraison de véhicules au ministère de la Défense, l’opérateur économique Cheickné Sylla dit Colonel a usé de faux en imitant les signatures du ministre, de son DFM et le cachet du contrôleur financier. Ainsi lors des enquêtes préliminaires, Cheickné Sylla dit Colonel avait cité des noms comme étant ses complices dans ce dossier dont celui du DFM de la Défense, apprend on de sources dignes de foi.

Une demande de mise en liberté provisoire de Cheickné Sylla aurait été rejetée la semaine dernière. Selon nos informations, il comptait sur un appui au niveau de l’administration judiciaire, pour être élargi en cette phase cruciale de l’instruction du dossier.

 

  1. Daou

Source: Le Républicain

Suivez-nous sur Facebook sur