Affaire aéronef présidentiel : Soumeylou Boubèye Maïga et trois anciens ministres bientôt traduits en justice

L’affaire relative à l’acquisition d’un nouvel aéronef  et à la fourniture  de matériels et accessoires militaires aux Forces Armées Maliennes,  qui avait préalablement fait l’objet d’un classement sans suite,  a évolué avec le mandat de dépôt émis par le parquet contre l’ancien Chef de cabinet du Président IBK, Mahamadou Camara et autres.

 Elle  concerne l’ancien  ministre de la défense, Soumeylou Boubèye Maïga,  ceux de l’économie et des finances, Mme Bouaré Fily Sissoko,  le délégué auprès du Ministre de l’économie et  des finances, chargé de la promotion des investissements et de l’initiative privée, Moustapha Ben Barka  et  de  l’économie numérique, de l’information et de la communication, Mahamadou Camara ainsi qu’un conseiller à la Présidence, Sidi Mohamed Kagnassi.  Les faits reprochés à ces hauts cadres susmentionnés remontent à la période de 2014.

Ces anciens ministres et conseiller à Koulouba sont cités dans les irrégularités financières dans le rapport  2014 produit par le vérificateur général.  Le dit rapport,  selon le communiqué du procureur , indique qu’il se sont  rendus coupables  «  des faits de détournements de deniers publics sur fond d’opérations frauduleuses pour un montant de 9 350 120 750F CFA et de surfacturation par faux et usage de faux pour un montant de 29 311 069 068F CFA ».

Les nommés ministres cités dans cette affaire dite de « l’achat  de l’aéronef présidentiel et des équipements militaires »  ont  été pour la plupart  auditionnés par le procureur du Pôle économique et financier.

Aujourd’hui, les choses semblent  évoluer avec le mandat de dépôt émis contre  l’ancien directeur de cabinet du Président de la République, Mahamadou Camara,  et autres.   Cette  première arrestation vient mettre un terme aux spéculations des  observateurs de la scène politique malienne   qui commencèrent à s’interroger sur les capacités du juge anti-corruption du pôle économique et financier à mettre sous mandat de dépôts certains gros bonnets  cités dans les affaires de détournements des deniers publics.   En effet,  malgré  les nombreuses auditions  au pôle économique et financier  dont celle des « Avions cloués au sol »,  personne n’était encore  arrêtée jusqu’à ce jour  au point que certains s’insurgèrent et dénoncèrent une justice sélective.

Dossier de trois ministres transmis à la  Cour suprême

Le pôle économique semble  écouter les dénonciations des populations  en procédant à la transmission des éléments d’enquêtes au Procureur Général de la Cour Suprême pour saisine de l’Assemblée Nationale contre trois anciens ministres en fonction  au moment des faits.  Ce, conformément aux dispositions pertinentes des articles 613 du code de procédure pénale et 15 de la Loi portant composition, organisation et fonctionnement de la Haute Cour de Justice.   Il s’agit des anciens ministres  Soumeylou Boubéye Maiga, Mme Bouaré Fily Sissoko et Moustapha Ben Barika, qui étaient tous en fonction  au moment des faits. Selon le communiqué du parquet, ils  sont  accusés «  de faux en écriture, usage de faux, atteinte aux biens publics, corruption et délit de favoritisme ».

L’article 95 de la Constitution  du 25 février 1992 stipule que  «  La Haute Cour de Justice est compétente pour juger le Président de la République et les Ministres mis en accusation devant elle par l’Assemblée Nationale pour haute trahison ou à raison des faits qualifiés de crimes ou délits commis dans l’exercice de leurs fonctions ainsi que leurs complices en cas de complot contre la sûreté de l’État (…) ».  Cette 6ème Institution  mise en fonction depuis en mars 2014, avec à sa tête l’honorable Abderrahmane Niang, aucun Président, ministre et député n’a  été inquiété par des quelconques poursuites.  Au point que beaucoup de Maliens s’interrogent sur son utilité.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Suivez-nous sur Facebook sur