Renouvellement du mandat de la Minusma et lutte contre le terrorisme : Convergence de vues entre le G5 Sahel et les États-Unis

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel se sont entretenus, mardi dernier, par visioconférence avec l’envoyé spécial des États-Unis pour le Sahel, Dr J. Peter Pham. Au cours des échanges, les ministres des Affaires étrangères ont abordé avec leur interlocuteur la question du renouvellement du mandat de la Minusma au Mali. Ils ont aussi insisté sur la nécessité et le renforcement de la Mission.

 

« Nous souhaitons que le consensus qu’il y a au Conseil de sécurité au sujet de la Minusma et du Mali continue. Et que les discussions qui vont s’engager dans quelques semaines soient l’occasion de confirmation de l’entente de tout le Conseil de sécurité », a déclaré le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé.

Rappelant le rôle important que joue la Mission onusienne dans notre pays depuis sa mise en place, Tiébilé Dramé a indiqué que le développement qu’il y a au Sahel de façon générale et au Mali en particulier plaide en faveur de la continuation de son action.
« Nous souhaitons que les États-Unis favorisent le consensus des membres permanents du Conseil de sécurité au sujet du mandat de la Minusma, de son budget, de sa taille et de sa mobilité qui est un aspect important aujourd’hui », a-t-il-insisté. À défaut du Chapitre 7 pour l’ensemble de la Minusma, le ministre tchadien des Affaires étrangères, Chérif Mahamat Zene a suggéré la mise en place d’une sorte de brigade d’intervention rapide comme cela a été le cas dans le cadre de la Monusco en République démocratique du Congo.

En outre, les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel ont discuté avec l’envoyé spécial des Etats-Unis pour le Sahel de la Coalition internationale pour le Sahel en invitant son pays à rejoindre cette initiative. « Au regard de la contribution américaine à la lutte contre le terrorisme dans notre sous-région, qui se fait de plusieurs manières, les États-Unis d’Amérique ont toute leur place au sein de cette Coalition », a estimé le patron de la diplomatie malienne. Cette Coalition, rappellera-t-il, a été créée pour élargir les bases de la lutte contre le terrorisme dans cette région du monde.

Selon le ministre Dramé, il est hautement souhaitable que cette Coalition, dont l’idée a été lancée en janvier à Pau (France), puisse enregistrer parmi ses membres actifs le gouvernement des États-Unis d’Amérique, attirant l’attention sur le fait que le Sahel est aujourd’hui confronté à Daech, à ses succursales locales et également à Al-Qaïda.

En réponse, s’agissant du renouvellement du mandat de la Minusma, l’envoyé spécial des États-Unis pour le Sahel a fait savoir que son pays a l’intention de voir celui-ci « rigoureux », en renforçant les acquis. Avant de réaffirmer l’engagement des États-Unis à lutter contre le terrorisme dans la zone.

Parlant de la Coalition internationale pour le Sahel, le diplomate américain a souligné que son pays, sur le plan politique, soutient fortement tous les efforts pour améliorer la coordination entre les divers partenaires qui travaillent au Sahel.
Sur le sujet de la pandémie de Covid 19 qui secoue le monde, le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed a, au nom de ses homologues, demandé à Washington de s’impliquer pour l’annulation pure et simple de la dette africaine, particulièrement pour les pays du Sahel qui font face déjà à la fois à la triple crise alimentaire, sanitaire et sécuritaire.

Bembablin DOUMBIA

Source : L’ESSOR

Suivez-nous sur Facebook sur