Renforcement des capacités des enseignants du projet USAID/SIRA-Mai : 11.681 bénéficiaires !

Après l’AE/Ségou en 2017, celle de Kati en 2018, c’était le tour de la capitale du Banimonotié (Bougouni) d’abriter la cérémonie symbolique du lancement des activités de la pédagogie et de la cascade de recyclage. Présidée par M. Lamine Traoré Directeur du Centre d’Animation Pédagogique (CAP) de Bougouni, cette rencontre a enregistré la présence de Mme Thelma Khelghati, directrice d’EDC, du représentant du maire, M. Issa Coulibaly, du coordinateur de formation et spécialiste en politique, Mohamed Youssouf Haïdara et d’unparterre d’enseignants. C’était le lundi  02 septembre dans la salle de conférence du CAP de Bougouni.

 

Chaque année, USAID/Mali SIRA organise une série de formations à l’intention des directeurs d’écoles et enseignants des 1ère et 2ème années au niveau des Centres d’Animation Pédagogique (CAP) des régions de Koulikoro, Ségou, Sikasso et du District de Bamako. Le calendrier de cette année est ainsi fixé : formation des directeurs d’école du 02-06 septembre 2019, des enseignants de la 2ème année (9-15 septembre 2019) et des enseignants de la 1ère année : du 17 au 20 septembre 2019.

Ainsi, dans les 56 Centres d’Animation Pédagogique des zones d’intervention du projet SIRA, 11.681 personnes seront formées dont : 3952 directeurs d’écoles, 3912 enseignants de 1ère année et 3817 enseignants de 2ème année.

A travers des simulations utilisant les supports pédagogiques SIRA, les formations favoriseront davantage l’appropriation des techniques de l’approche équilibrée et des mots décodables qui ont pour but d’améliorer l’enseignement-apprentissage de la lecture-écriture.

Les formations renforceront également l’adhésion des enseignants à l’utilisation de la fiche de préparation simplifiée et à celle de l’outil d’évaluation formative. En plus, au cours des ateliers de recyclage, des innovations porteront sur le concept genre afin de promouvoir l’équité entre garçon et fille et l’intégration de cette dimension pour que les participants se familiarisent avec toutes ces notions.

Les Conseillers Pédagogiques des CAP et les Agents d’Académie d’Enseignement (AE) sont chargés des formations des enseignants et directeurs. Ils ont été, préalablement, formés en août par l’équipe pédagogique centrale du projet et les cadres du ministère de l’Education nationale du niveau central qui assureront aussi la supervision des cascades de formation.

A rappeler qu’au-delà de ses programmes de formations, USAID/Mali SIRA conçoit du matériel didactique en Bamanakan, le produit et le distribue aux élèves et aux enseignants dans environ 4.000 écoles de 10 Académies d’Enseignement et 56 Centres d’Animation Pédagogique, 20 Instituts de formation des maitres avec plus de 600.000 élèves bénéficiaires.

« Il est évident que l’amélioration de l’enseignement passe obligatoirement par la qualification du corps enseignant. USAID/Mali SIRA a toujours travaillé avec les formateurs  du niveau central, qui ont formé des formateurs, surtout des conseillers pédagogiques des centres d’animation pédagogique et des superviseurs pédagogiques des Académies d’Enseignement partenaires en approches et stratégies d’amélioration de l’enseignement-apprentissage de la lecture-écriture », a expliqué Mme Thelma Khelghati, Directrice du projet USAID/Mali SIRA.

Quant à M. Lamine Traoré, DCAP de Bougouni après avoir remercié l’apport du projet USAID/Mali SIRA dans le système éducatif de sa circonscription, il a fait le bilan des réalisations dudit projet d’août 2016 à nos jours.

A l’en croire, l’enseignement de la lecture-écriture  a rendu l’enseignement plus dynamique et performant, car ajoute-t-il, les difficultés d’apprentissage en lecture-écriture ne sont pas uniquement liées à la langue d’enseignement mais aussi aux stratégies et techniques utilisées en matière d’enseignement/apprentissage de la lecture-écriture.

A noter que l’USAID/Mali SIRA est un projet de 5 ans qui vise à améliorer l’enseignement-apprentissage de la lecture-écriture des élèves des 1ère et 2ème années des écoles publiques et communautaires des régions de Koulikoro, Sikasso, Ségou et du District de Bamako. Il est aussi chargé de renforcer les capacités des agents du Ministère de l’Education Nationale dans le domaine de l’appui à l’enseignement de la lecture-écriture dans les petites classes, et de sensibiliser et responsabiliser les parents et communautés dans le cadre de leur appui en faveur de la lecture-écriture.

Bourama Camara

Source : Le Challenger

Suivez-nous sur Facebook sur