Célébration de la Journée Africaine de l’Etat civil (JAEC) Les 8 Communes les plus performantes dans la transmission des statistiques d’Etat-civil récompensées

A l’instar de la communauté africaine, le Mali a célébré, le samedi 10 Août dernier, la Journée Africaine de l’Etat-civil (JAEC), au CICB, sous le thème :  » Des actes de naissance pour tous : une nécessité pour la protection des droits humains et la promotion de l’inclusion « . L’occasion était bonne pour les organisateurs de récompenser les Communes les plus performantes dans la transmission des statistiques d’état-civil avec une moto DT Sanilly tout terrain.

 

ette auguste Journée de l’État-Civil a été présidée par le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Boubacar A. Bâh. Etaient présents à ses côtés le Maire du district de Bamako, Adama Sangaré, le Maire de la commune III, Mme Djiré Mariam Diallo, la Représentante de l’Unicef au Mali, Mme Roseline Rama et la présidente du parlement des enfants, Badiallo Sow.

Organisée par le ministère de tutelle, cette journée avait pour objectif de promouvoir la décentralisation, la gouvernance locale ainsi que la participation des citoyens et des groupes sociaux à la définition et la mise en œuvre des politiques de développement. Aussi, elle a offert l’occasion aux organisateurs de récompenser les huit Communes les plus performantes dans la transmission des statistiques d’état-civil avec une moto DT Sanilly tout terrain.

Il s’agit de la commune de Gogui (région de Kayes, cercle de Nioro), la commune de Dombila (région de Koulikoro, cercle de Kati), commune de Diou (région de Sikasso, cercle de Kadiolo), la commune de Koula (région de Ségou, cercle de Tominian) et la commune de Bandiagara-Djenne (région de Mopti, cercle de Bandiagara). S’y ajoutent la Commune urbaine de Tombouctou, celle de Gao et Mopti. Il faut rappeler aussi que les six communes du district de Bamako ont reçu chacune un ordinateur pour les centres de délivrance des fiches individuelles.

Auparavant, Mme le Maire de la commune III, Djiré Mariam Diallo avait rappelé que l’état-civil est d’abord l’ensemble des qualités et des droits (nom, prénom, date et lieu de naissance et de résidence, nationalité etc…) d’une personne, résultant d’une procédure écrite d’identification administrative.  Et d’ajouter que l’état-civil désigne également le service public chargé de l’établissement et/ou de la centralisation des faits tels que les naissances, les mariages, les décès en vue de leur meilleur archivage.

Quant à la présidente de parlement des enfants, elle a invité les autorités du Mali  »  à prendre des mesures pour faciliter l’accès aux pièces d’Etat civil pour tous les enfants dans le besoin, particulièrement les enfants ayant perdu leurs parents lors des catastrophes récentes (inondations) et les situations sécuritaires forçant le déplacement de la population« . Ainsi, la représentante de l’Unicef au Mali a expliqué que les enfants sans acte de naissance constituent également un groupe vulnérable auquel il faut accorder une attention particulière, car exposés aux risques d’abus, d’exploitation, de mariage précoce et forcé, de recrutement par les groupes armés, d’emprisonnement faute de preuve de leur minorité etc.

« Cette Journée nous interpelle tous, gouvernement et gouvernés, sur les grands défis de la mise en œuvre de la décentralisation, du développement local et de l’enregistrement des enfants à la naissance comme socle de la planification du développement harmonieux de notre pays« , a souligné le ministre Boubacar A. Bâ. Notons que cette Journée a été aussi une occasion pour le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation de lancer le site web de la Direction nationale de l’Etat-Civil (DNEC).

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur