Attaque odieuse à Ogossagou : Soumaïla Cissé exige la démission du Premier ministre

Le président du directoire du front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), a animé un point de presse le lundi 25 mars au siège du FSD, au cours duquel, il a  exigé  la démission du premier ministre et de son gouvernement. Cela suite à l’attaque odieuse à Ogossagou qui a fait plus d’une centaine de mort le samedi 23 mars.

 

« Ogossagou constitue le pire cas de violence, avec des témoignages d’actes d’horreur inqualifiables et jamais atteints au Mali », a déclaré un Soumaïla Cissé très offensif. Vêtu d’un costume noir et arrêté derrière un pupitre, son visage renfrogné et sa voix grave traduisaient toute sa tristesse.

Dans un discours au vitriol,  le président de l’Union pour la République et de la Démocratie pointe du doigt la responsabilité des autorités qui, selon lui, sont restées sourdes aux appels de l’administration locale, de l’opposition politique, des populations, des ONG et de divers activistes sur les réseaux sociaux.

Selon le patron du parti de la poignée de la main, « Ogassagou est l’illustration achevée de la déliquescence du pouvoir en place et de son incapacité à protéger les populations civiles ». C’est pourquoi, il  « exige  la démission immédiate du premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga et de son gouvernement ». A travers cette déclaration, le président du FSD rejoint ainsi des Associations musulmanes qui réclament depuis très longtemps le départ du Tigre de Badalabougou.  Cette sortie « musclée » du patron de l’URD accentue la pression sur les épaules de Soumeylou Boubeye Maïga, dont la position se fragilise de jour en jour.

Loin de se satisfaire  de la  dissolution de  Dan Na Ambassagou, Soumaîla Cissé estime qu’elle doit être désarmée ainsi que toutes les autres milices. Il faut, selon le président du FSD,  lancer une poursuite judiciaire contre les auteurs, les coauteurs et les complices des violences sur tout le territoire. « C’est un crime imprescriptible », martèle-t-il.

Avant  de terminer, Soumaïla Cissé a, tout en condamnant avec la dernière vigueur la violence gratuite qui s’abat sur les populations civiles, présenté ses condoléances à toutes les victimes, civiles et militaires. Il n’a pas manqué de rendre  un hommage aux forces de défense et de sécurité qui, selon lui, se battent vaillamment avec  le peu de moyens dont-ils disposent.

Abdrahamane Sissoko

Maliweb

Suivez-nous sur Facebook sur