Atelier d’échanges pour l’élaboration d’une feuille de route pour la mise en œuvre de l’accord politique de gouvernement: Le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation élabore sa feuille de route

Le Chef du Département de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah a organisé, les vendredi 24 et samedi 25 mai 2019, un atelier d’échanges pour l’élaboration d’une feuille de route dudit ministère sur la mise en œuvre de l’Accord politique de gouvernement. C’était au Centre de Formation des Collectivités Territoriales (CFCT), en présence des anciens Secrétaires généraux du ministère de la tutelle, des anciens et des nouveaux Gouverneurs de région et du District de Bamako, des anciens Inspecteurs en Chef de l’intérieur et des experts constitués de professeurs, d’historiens et de juristes.

Le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah, (au centre) à l’ouverture des travaux.

Rappelons que le 2 mai 2019, un Accord politique de gouvernance a été signé entre le Premier ministre et certains partis politiques et regroupement de partis politiques et les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, des regroupements de la Société civile, des entités religieuses et certains partenaires sociaux.

Conformément à cet accord politique, un nouveau gouvernement a été mis en place le 5 mai 2019, avec comme mission principale de mettre en œuvre cet Accord politique, dont les principaux axes, pour ce qui concerne le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, sont, entre autres, l’organisation, dans les meilleurs délais, d’un dialogue politiques inclusif avec toutes les forces politiques du Mali, la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, la conduite, dans le consensus, des réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales indispensables à la stabilisation du pays et au progrès économique, à la modernisation, à la rationalisation de l’administration d’Etat, à la révision de la Constitution du 25 février 1992, à la réforme électorale et au découpage territorial.

S’y ajoutent la stabilisation du centre du pays et la lutte contre le terrorisme et l’organisation de consultations référendaires, des élections législatives, locales et régionales dans les délais convenus lors du dialogue politique inclusif.

Selon le Chef de Département, « il s’agit des missions mais aussi des défis à relever pour mon ministère. C’est dans cet esprit que, dès ma prise de fonction et, conformément aux orientations données par le Premier ministre, j’ai engagé des consultations avec la classe politique, la société civile, les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger et les partenaires techniques et financiers pour qu’ensemble nous pussions dégager des pistes de solutions ».

Source : Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation Mali

Suivez-nous sur Facebook sur