Assemblée Nationale : Le boycott absentéiste des députés

Lors de la clôture de la session extraordinaire des députés, l’hémicycle était particulièrement vide.  Un absentéiste attribuable au retard accusé dans le paiement des émoluments parlementaires salaires des députés.

Vendredi dernier à 16h, les rideaux tombaient sur la session extraordinaire ouverte en début d’année en vue de délibérer sur certains textes urgents. Mais à l’heure de « libérer » les élus, le constat était alarmant : une salle quasi vide et un quorum vraisemblablement non atteint.

En cause, explique-t-on, près de deux mois de retard dans le paiement des émoluments parlementaires. Autrement dit, de janvier à maintenant, les comptes des députés sont pratiquement vides. Une situation qui atteste de la fragilité du Trésor Public où les liquidités se font de plus en plus rares. Pire, elle intervient lors des vacances parlementaires qui ont commencé depuis plus d’un mois.

 D’ailleurs un élu – dont nous taisons le nom – a ouvertement refusé d’aller en salle. Le parlementaire a expliqué son attitude par l’irrégularité des émoluments en indiquant être limité dans ses actions. Au final, c’est avec une poignée de parlementaires dans la salle que le président a tenu son discours de clôture.

 Reste à savoir si les restitutions pourront se faire comme ils se doivent. Car pour rejoindre sa localité, entretenir ses militants, solliciter les médias et louer des espaces pour réunir le public, il faut bien de l’argent. Ce qui en manque cruellement au Trésor Public.

Idrissa Keïta

Le Témoin

Suivez-nous sur Facebook sur