Arrestation arbitraire de Alou Badra Dembele et compagnons : IBK décrispe, le Gouvernement crispe!

La Cofop menace de rompre le dialogue avec l’EMP et de se retirer du cadre de concertation.

IBK décrispe, le gouvernement crispe. Malheureusement, c’est cette triste réalité qu’offre de nos jours l’exécutif de notre pays. Pendant que le président de la république joue à l’apaisement avec son frère cadet et non moins chef de file de l’opposition, le gouvernement s’adonne à des arrestations arbitraires des voix discordantes. Parmi les victimes de ce baroud d’honneur d’un Premier Ministre aux abois, nous avons le président de l’association Badenya ton, Alou Badra Dembélé et ses camarades. Aile politique de Mahamoud Dicko et Bouyé HAIDARA, Badenya ton est également membre de la Coalition des Forces Patriotiques ( COFOP). Un règlement de compte que la coalition ne digère pas.

Créée pour lutter contre toutes les violations de notre constitution, la COFOP qui est constituée de 23 partis politiques et associations n’a pas manqué de réagir face à cette volonté d’escalade du gouvernement. A travers un communiqué rendu public hier, la coalition s’interroge sur les motivations réelles des auteurs de ces arrestations arbitraires. Pour la COFOP, ces évènements sont incompréhensible d’autant qu’ils se passent à un moment ou le Président de la République prône des concertations inclusives.
Sans détour, elle condamne avec la dernière énergie ces actes inadmissibles et exige la libération immédiate et sans conditions du camarade Alou Badra Dembélé et ses camarades.
Faute d’avoir gain de cause dans un bref délai, la COFOP menace de se retirer du processus de dialogue instauré avec l’EMP, mais aussi de se retirer du cadre de concertation. Selon plusieurs sources, la COFOP pourrait également appeler à des manifestations si elle n’obtient pas satisfaction.
Pour expliquer sa position et manifester sa solidarité à l’égard de la famille de Alou Badra Dembélé, une forte délégation de la COFOP s’est rendue hier dans sa famille. Fort heureusement, elle a trouvé des gens dont la prison n’entamera pas la détermination pour la cause du Mali et de l’islam.
Elle met désormais la balle dans le camp du Chef de l’Etat. La malédiction du mois de mars épargnera-t-elle le Mali cette année ?

Lamine Diallo

Figaro mali

Suivez-nous sur Facebook sur