Affaire des parcelles de l’IER : Un procès d’intention au Premier ministre Diango Cissoko

L’équipe gouvernementale dirigée par l’ancien Premier ministre, Dr Cheick Modibo Diarra avait exprimé certaines convoitises sur les parcelles de l’IER. Son successeur, Diango Cissoko a instruit de surseoir à l’expression de cette boulimie sur le domaine foncier de cet institut de recherche.Diango Cissoko PREMIER MINISTRE MALIEN

Le gouvernement a récemment rompu le silence dans l’affaire dite des  parcelles de l’IER,  qui seraient l’objet de convoitise de la part des promoteurs immobiliers. Dans une correspondance adressée au ministre du Logement et des affaires foncières en date du 23 avril dernier, le Premier ministre Diango Cissoko a été très clair : « J’ai l’honneur de vous informer qu’aucune décision tendant à octroyer les domaines fonciers de l’IER  à des sociétés immobilières n’a été prise à ce jour par le gouvernement. Je vous demande par conséquent de  mettre fin à toute action allant dans ce sens. J’ajoute que le gouvernement demeure attaché à la sauvegarde du capital de recherche que constitue l’IER « .

 

 

Il faut souligner que les travailleurs de l’IER avaient auparavant dénoncé l’immobilisme des plus hautes autorités dans le règlement de ce différend,  ce qui les  avait conduits à observer une première grève de 48 heures les 28, 29 mars, suivie d’un arrêt de travail de 72 heures les 10, 11, 12 avril derniers.

 

 

Le syndicat national de la production (SYNAPRO) qui regroupe tous les syndicats des travailleurs ruraux a aussi observé une grève de soutien de  48 heures, du lundi 22 au mardi 23 avril dernier. Cette action vise à protester contre l’occupation des domaines de l’Institut d’économie rurale (IER) mais aussi et surtout celle du Laboratoire central vétérinaire (LCV). Côté politique, dans une déclaration rendue publique, le PARENA, a affirmé son soutien aux travailleurs de l’IER «  pour que ne soit pas bradé un seul centimètre de l’espace qui leur est attribué pour l’épanouissement de la recherche « .

 

 

Rappelons que dans des correspondances en date du 14 et 19 septembre 2012, le Directeur de cabinet de l’ex-Premier ministre Cheick Modibo Diarra, Pr Oumar Kanouté demandait au ministre du Logement de procéder à la compensation en faveur des sociétés immobilières concernées.

Comme on le voit, c’est donc un faux procès qui est fait au chef du Gouvernement Diango Cissoko qui se bat plutôt pour sauvegarder l’espace de recherche de l’IER

 

Bruno D SEGBEDJI

Suivez-nous sur Facebook sur