À l’intérieur de Sikasso

Opération «trou interdit sur les goudrons», nouveaux feux tricolores sur les axes routiers et plantation nocturne de fleurs au niveau de certains ronds-points de la ville

De Bougouni en passant par Zantiebougou et Koumantou la même phrase est relayée : si le chef n’est pas satisfait de la mobilisation c’est fini pour Sikasso. Enfin, le chef est là dans la capitale du Kenedougou, il y découvre une population surexcitée sortie en nombre et il est tout sourire et fier de lui-même car “son peuple le croit et l’adore ”

Sommes-nous en fait dans le réel, ou l’apparent ? Qui veut-on tromper avec cette mobilisation ? Le vieux, oui, avec les autres Maliens qui sont loin de Sikasso et qui voient tourner en boucle pendant une semaine sur la TV nationale l’image d’un président populaire et travailleur. Allez dire au vieux, mon président, que tout n’est pas rose comme ils ont voulu lui faire croire. Dites-lui de relire le texte de l’allocution du gouverneur de région qui lui a brossé la liste des besoins essentiels de la région lors de la conférence des cadres.

Dites au président que la population de Sikasso votera pour des réalisations concrètes et non pour l’image d’un président populaire. Dites au président que la contrainte, le chantage exercé par certains pour faire sortir cette population, à l’occasion de son accueil, ne sauraient servir dans l’isoloir le jour du vote. Dites au président qu’on veut le maintenir comme toujours dans un flou Total qui aboutira certainement à une déception future.

Pour finir, merci mon président, pour les premières pierres de la nouvelle voie 2 fois 2, pour le matériel agricole offert aux paysans, pour les tricycles médicalisés, pour le tricycle offert à l’élève handicapé de Niena, et la pause de la première pierre de l’unité de conditionnement de la pomme de terre, pour l’extension de l’adduction d’eau de la ville de Sikasso. Je souhaite que la prochaine Sikasso puisse sortir vous accueillir pour votre bilan et non pour une autre considération subjective.

I.K.K

Le Reporter

Suivez-nous sur Facebook sur