Tombouctou : Diré craint une magouille dans la distribution de 6 000 000 francs CFA

Une délégation du mouvement des jeunes ressortissants de Diré à Bamako séjourne présentement dans la ville de Barikobé Naouré pour remettre aux autorités 6 000 000 francs CFA collectés, le samedi 15 décembre lors d’une nuit culturelle.

6 000 000 de francs CFA, c’est la somme collectée par le Mouvement des jeunes de Diré lors de la nuit culturelle « SOS Diré », organisée au Palais de la culture de Bamako le samedi 15 décembre. Il a déjà dépêché une délégation sur le terrain pour remettre l’argent aux autorités de la ville. « Nous sommes déjà arrivés à Diré. Nous allons remettre l’argent aux autorités. Ce sont elles qui feront le recensement et la distribution », indique Ibrahim Maiga, le coordinateur du groupement de jeunes.

Une distribution transparente souhaitée

Avant la distribution des fonds, les bénéficiaires craignent « une magouille » dans le dispatching. En février 2018, les pluies ont inondé plusieurs maisons et plus de 200 ménages ont été obligés d’abandonner leurs locaux, selon une source. La plupart des endroits touchés étaient situés aux alentours d’une mare. Certains ont pu reconstruire leurs maisons et y retourner. C’est le cas d’Alhousseiniy Yattara, qui craint la distribution des fonds remis aux autorités. Le sinistré se réjouit de la nouvelle, mais doute. « Si l’argent est distribué uniquement aux victimes, cela va beaucoup nous aider. Mais je crains que des noms des bénéficiaires ne soient remplacés par des frères ou des connaissances des distributeurs. C’est ce qui se fait malheureusement ici chez nous », dénonce-t-il, avec un ton révolté.

« Certains victimes n’ont pas touché un kopeck depuis que la générosité a commencé ici à Diré. Si cette nouvelle somme est partagée équitablement entre nous, cela pourra nous aider à reconstruire nos maisons détruites », poursuit Alhousseiny Yattara avec espoir.

Parmi les victimes, des femmes qui jusque-là n’ont pas encore rejoint leurs domiciles. La maison qu’habitait Oumou Maiga et son mari a été totalement dévastée par les pluies. La dame vit chez ses parents avec son mari depuis février. Selon elle, la somme collectée ne pourra pas suffire. « Même si l’argent est arrivé à Diré, il ne nous sera pas distribué convenablement », dénonce-t-elle.

« Ils vont nous forcer à faire la queue sous le soleil entre 6h et 13 h. Après, ce sera pour nous distribuer 5 000 ou 7 500 francs par personne. Ce montant nous cause plus d’ennuis qu’il n’en résout », poursuit la dame.

Donateurs ?

Chants, danses, tresses et tenues traditionnelles, à l’appel du Mouvement des jeunes ressortissants de Diré réunis au sein de SOS Diré, la communauté songhay de Bamako a largement répondu présente à la nuit culturelle de collecte de fonds pour les sinistrés de la ville. C’est à travers des transferts d’argent, des chèques et aussi du cash que les donateurs ont manifesté leur solidarité aux victimes des inondations de la saison pluvieuse de cette année. La diaspora de Diré a également contribué en faveur des victimes.

Le préfet de Diré estime de son côté que « 6 000 000 francs CFA ne sont qu’une goutte d’eau dans la mare », comparé au nombre de victimes. Selon lui, c’est une aide insuffisante, mais qu’il faut accueillir joyeusement.

En ce qui concerne l’inquiétude d’une répartition transparente de la donation, les autorités dégagent leurs responsabilités en affirmant que les orientations viennent des donateurs.

Par Mohamed Salaha

 

Source: nordsudjournal

Suivez-nous sur Facebook sur