Taoudéni : le mandat de la MINUSMA expliqué aux autorités intérimaires de la région

Le 06 juin dernier, le Bureau de la Communication stratégique et de l’Information publique a organisé, dans la salle du gouvernorat de Taoudéni, une séance de sensibilisation et d’information sur le mandat de la MINUSMA et le rôle du personnel en uniforme dans la protection des civils. C’était à l’endroit des membres des autorités intérimaires de la région de Tombouctou.

L’activité a réuni une soixantaine des membres des autorités intérimaires des cercles d’Achoura, Araouane et Taoudéni, en présence des représentants de la MINUSMA, issus de la Division des Affaires Civiles et de la section de la Réforme du Secteur de la Sécurité et du Désarmement, de la Démobilisation et la Réinsertion (RSS-DDR). La rencontre a permis d’informer les participants sur le rôle de la Mission onusienne, dans le cadre de son appui à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. Il a largement été question des réformes politiques et institutionnelles prévues par cet Accord, à savoir : le soutien aux mesures de défense et de sécurité ainsi qu’aux mesures de réconciliation et de justice, ainsi que la restauration et l’extension de l’autorité de l’État et de l’État de droit, sur toute l’étendue du territoire.

L’assistance a posé des questions relatives au processus de DDR, à la lenteur de la mise en œuvre de l’Accord de paix, au phénomène du banditisme et de l’impunité. L’équipe de la MINUSMA a rappelé à ses interlocuteurs que la Mission de l’ONU est une mission de maintien de Paix, déployée au Mali pour aider le gouvernement à rétablir la paix et stabiliser le pays, tout en préservant son intégrité territoriale. Cependant, elle n’a pas pour vocation à se substituer à l’Etat malien.

« Nous apprécions et nous reconnaissons vos efforts consentis en faveur de la paix et de la stabilité des communautés dans notre pays. Pour contribuer à la restauration de la paix et de la sécurité, les citoyens ont besoin d’une garantie de sécurité de la part de l’Etat. C’est cette absence de sécurité qui fait que personne ne veut dénoncer les malfrats par peur de représailles, » a commenté Mohamed Lamine Ould Ahmed Baba, représentant des jeunes.

Au terme de la rencontre, les participants ont remercié la MINUSMA pour ses actions qui ont permis des avancées notoires dans le processus de paix, contribuant ainsi au retour d’une normalité dans les régions du Nord, notamment la reprise des activités socioéconomiques, ou encore le retour des réfugiés et déplacés. « Cette rencontre était très appréciée, car elle a contribué à dissiper beaucoup de préjugés qu’avaient certains de nos membres sur la MINUSMA par rapport à son intervention dans notre pays. Ça a aussi donné la chance à ceux-ci de mieux s’imprégner du rôle de cette Mission dans le processus de paix, » a déclaré Madane Ould Abate, Premier Vice-Président de l’autorité intérimaire d’Arouane.

Minusma

Suivez-nous sur Facebook sur