Réhabilitation du Tombeau des Askia: Afin d’assurer la conservation durable du tombeau et sa promotion par la valorisation de l’architecture traditionnelle

Le Directeur national du Patrimoine Culturel, M. Moulaye Coulibaly a présidé un point de presse relatif à la restauration de l’ensemble du site. C’était hier jeudi 12 mars 2020, en présence de Valéry Freland, Directeur Exécutif De l’Alliance Internationale pour la Protection du Patrimoine dans les Zones de Conflits (ALIPH)

 

C’est à travers un point de presse que l’annonce de la réhabilitation a été faite par  le  Directeur National du patrimoine Moulaye Coulibaly qui permettra d’assurer la conservation durable du tombeau et sa promotion par la valorisation de l’architecture traditionnelle.

Construit en1495 par Askia Mohamed et témoin de la splendeur de l’empire Songhaï, le Tombeau des Askia est un remarquable exemple d’architecture soudano-sahélienne. Inscrit en 2004 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le site figure également depuis 2016, compte tenu des différentes menaces qui affectent son état de conservation, sur celle du patrimoine mondial en péril.

Ce projet de restauration de l’ensemble du site est financé par ALIPH à hauteur de près de 300 millions de francs CFA et durera deux ans. Il est l’un des monuments les plus significatifs de la grandeur de l’Empire Songhay.

Son objectif est d’assurer la restauration, et la conservation durable de l’ensemble du site, l’amélioration de ses conditions d’accueil et d’utilisation, et la valorisation de son architecture traditionnelle, à travers la promotion des savoir-faire et matériaux locaux.

Pour Valéry Freland, ce projet est très important, le premier en faveur duquel la fondation a souhaité se mobiliser en Afrique, car le Tombeau des Askia est non seulement un symbole culturel et religieux exceptionnel pour le Mali, mais aussi pour le monde.

À l’en croire, ALIPH a été fondée en mars 2017, à l’initiative de la France et des Emirats arabes unis, en réponse à la destruction massive, ces dernières années, du patrimoine culturel, en particulier au Moyen- Orient et au Sahel. Basée à Genève, cette fondation suisse a le statut d’organisation internationale.

Pour clore son intervention, il a rappelé qu’à ce jour, avec le soutien de ses huit États membres et de ses trois donateurs privés, ALIPH a engagé plus de 17 millions de dollars en faveur de 47 projets dans 14 pays protégeant le patrimoine. ALIPH souhaite contribuer à promouvoir la diversité culturelle, le développement local, le vivre ensemble et la construction de la paix.

Aïssétou Cissé

LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook sur