Près de 300 millions d’euros mobilisés sur les 423 nécessaires à la Force conjointe du G5 Sahel (MAE malien)

Sur les 423 millions d’euros nécessaires à la mobilisation de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), 294 millions ont été déjà engagés, a annoncé le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly, à l’issue d’une réunion de ses collègues des Affaires étrangères et de la Défense du G5 (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

En dehors des pays concernés, les donateurs sont l’Union européenne, la France (aide militaire et logistique), les Etats-Unis (aide bilatérale) et l’Arabie saoudite.
Cette rencontre a recommandé la mise en place d’un fonds fiduciaire pour recevoir les ressources nécessaires à l’opérationnalisation de la Force conjointe.
Les pays membres doivent ainsi procéder à la constitution d’un système de financement et de gestion administrative et financière permettant de consolider la coordination, la mobilisation et l’utilisation efficiente des contributions à la Force G5, à travers notamment la création d’un Fonds d’affectation spéciale multi-donateurs qui assure l’utilisation optimale du soutien en faveur de la Force.
La réunion a également recommandé le “pilotage politique” de la FC-G5S par la désignation d’un responsable chargé du plaidoyer politique et sécuritaire et la mise en place rapide d’un mécanisme d’information et de communication performant et proactif de la FC-G5S.
“L’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel est prévue en mars 2018”, selon le chef de l’état-major général des armées du Mali, le général M’ Bemba Moussa Kéita.
La réunion de Bamako visait surtout à préparer les prochaines réunions de Paris et de Riyad sur la Force anti-djihadiste du Sahel ainsi que la Conférence internationale sur la sécurité et le développement au Sahel, prévue le 23 février à Bruxelles afin de mobiliser des contributions suffisantes en faveur de l’opérationnalisation rapide de la FC-G5S.

Xinhua

Suivez-nous sur Facebook sur