MALI : Les traîtres du JNIM auront la peau de Iyad Ag Ghaly.

Comme l’ont déjà fait remarquer certains spécialistes des conflits dans le nord du Mali, les groupes armés terroristes à l’image du JNIM, subissent de lourdes pertes et leur chef Iyad Ag Ghaly déjà affaibli physiquement, semble avoir du souci à se faire et ce, malgré ses attaques anecdotiques contre les forces internationales.

La vrai question à laquelle sont désormais confrontés ces groupes terroristes comme Al Furqan, Al Mourabitoune ou Ansar Dine à travers Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin, est bien celle-ci : « A quoi ou à qui sont dues toutes ces défaites et à qui cela peut-il bien profiter ?». Si on écarte évidemment le principal intéressé, le peuple malien, les récents et nombreux succès des forces internationales face à ces groupes terroristes sont la conséquence soit, d’une désorganisation interne soit, et c’est ce qui semble le plus probable, le résultat de dissensions sur fond de trahisons.

Pour beaucoup de ces sous-groupes, leur dilution au sein du JNIM se traduit souvent par une baisse du niveau de responsabilité et par conséquent une diminution des possibilités d’ascension hiérarchique. Sidi Mohamed ould Mohamed Salem alias Talha al Liby n’est-il pas devenu vassal de Djamel Okacha alias Yahia Abou el Haman, alors qu’hier il était son égal ?Qui s’étonnera donc qu’au sein d’Al Furqan à Tombouctou, certains combattants puissent avoir de l’ambition et n’hésitent plus à collaborer avec les forces internationales pour faire éliminer ceux dont ils convoitent la place.

Donc oui, les langues pendues expliquent les nombreux déboires de ces groupes armés terroristes et le problème vient bien évidemment de l’intérieur. Les informateurs sont de plus en plus nombreux et leurs informations semblent de plus en plus fiables au vu des récents et nombreux succès.

Quoiqu’il en soit, sombre Iyad Ag Ghaly, ce qu’il reste de ton rêve a bien triste mine et les candidats à ta succession ont surement d’autres aspirations que l’intérêt de ton projet de charia dont nous, peuple malien, ne voulons pas.

Ce vent de victoire et de paix durable qui porte les FAMa aidés par les forces internationales va motiver de plus en plus les rats à quitter définitivement le navire en perdition du JNIM.


Ibrahim Keïta

Association des Victimes du Terrorisme au Mali : @HalteTerrorismeMali

Suivez-nous sur Facebook sur