Les FAMa à Kidal : il a fallu quatre ans de tractation

Le parti ADP-Maliba a décidé de se lancer dans la conquête des suffrages des Maliens dans le cadre des élections législatives. Dans l’incertitude et le manque de cohésion, il faut craindre la déculottée.

 A l’ADP-Maliba, la sérénité a foutu le camp depuis belle lurette. Une guerre de chiffonniers oppose les responsables de la jeunesse et la direction du parti. Les jeunes n’hésitent point à défier la direction du parti ou à indexer directement le président du parti et le secrétaire général. Tantôt ils reprochent à la direction de violer les textes, tantôt ils l’accusent de vouloir leur imposer des têtes de listes pour les législatives. C’est le cas en commune I du district de Bamako, où ils parlent de violation des textes au sein du Parti ADP-Maliba au profit de la députée sortante qui serait décriée par les militants et qui bénéficierait du soutien des responsables du parti, en tête le président d’honneur Aliou Boubacar Diallo, le président Youba Ba et le secrétaire général, maitre Abdoulaye Sidibé.

Dans un post sur les réseaux sociaux, certains militants exigent la tenue sans délai d’une conférence de section ou d’un assemblée générale pour désigner le candidat du parti aux législatives de mars et avril en commune I. Aussi, le post affirme-t-il qu’ils n’accepteront jamais un candidat imposé, ni par affinité ni par convention, contraire aux textes du parti qui constituent le fondement de l’ADP-Maliba.

Le post soutient qu’il est inadmissible que dans un même parti, on autorise certains à organiser leur conférence de section et on refuse à la commune I d’en faire de même, conformément aux textes du parti.

Appel est fait aux responsables du parti de prendre leurs responsabilités et de rappeler que tous les grands partis politiques ont choisi leurs candidats conformément aux règles et respect de la démocratie et que l’ADP n’a point de raison de faire exception à cette règle.

Plus loin, ils menacent que « tout candidat parachuté, ou imposé sans consultation de la base à travers une assemblée générale ou une conférence de section ne sera jamais accepté par les militants et sympathisants d’ADP de la commune I ».

Ce même sentiment de frustration est ressenti un peu partout à l’intérieur du pays et précisément en commune V du district où le président des jeunes, selon plusieurs sources, serait autoproclamé candidat du parti.

Le président d’honneur du parti, Aliou Boubacar Diallo est aussi annoncé candidat dans une alliance improbable à Kayes.

En attendant de voir le comportement du parti à l’issue de ces joutes, ce n’est point la grande sérénité et la raclée n’est pas à exclure.

A suivre !

Jean JACQUES

source : Azalai Express

Suivez-nous sur Facebook sur