Etats-Unis : Plusieurs responsables dont Algabass Ag Intalla au pays de l’Oncle Sam

Selon une source du dossier, une délégation de haut niveau de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) est en déplacement à New York, aux Etats-Unis. Parmi les personnalités de l’ex-rébellion qui effectuent ce voyage figurent entre autres, les secrétaires généraux du MNLA et du HCUA, respectivement Bilal Ag Acherif et Algabass Ag Intalla. La délégation compte aussi un haut représentant du MAA, Mohamed Ould Mahmoud dit (Mado) et le responsable des questions humanitaires du MNLA, Attaye Ag Mohamed.

Algabass Ag Intalla, leader of the Ansar Dine delegation, arrives to attend a mediation meeting with members of the Malian government and the Azawad National Liberation Movement (MNLA) Tuareg rebellion, hosted by the Burkina Faso President, in Ouagadougou, on December 4, 2012. Delegations from the Malian government and two rebel groups from the country’s vast north held their first talks Tuesday to seek an end to the crisis that has split the west African the country in two. Burkina Faso President Blaise Compaore, west Africa’s top mediator for the crisis, hosted the meeting in Ouagadougou, and brought together a Malian government delegation with representatives of Ansar Dine (Defenders of the Faith), one of the Al-Qaeda-linked Islamist groups occupying the north, and the Azawad National Liberation Movement (MNLA), which is fighting for an independent homeland for the Tuareg people. AFP PHOTO / AHMED OUOBA

On ignore encore l’objet de leur déplacement au pays de l’Oncle Sam qui se fera après une courte escale en France. Selon certaines sources, ce déplacement serait en rapport avec l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

Ce voyage des leaders de la CMA aux Etats-Unis intervient après la polémique soulevée au mois de septembre dernier sur les raisons ayant conduit à l’annulation du voyage que devait effectuer le leader du HCUA, Algabass Ag Intalla aux USA. Il devait faire partie de la délégation malienne à la 72e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Certains avaient d’abord fait circuler une rumeur selon laquelle l’ex-député de Kidal n’avait pas eu de visa. Avant de préciser qu’il serait arrêté une fois sur le sol américain, malgré son visa, puisqu’ayant fait partie de la liste noire des terroristes recherchés par les Etats-Unis.

S’il est vrai qu’à un moment, son nom y figurait à cause de son appartenance au mouvement Ançar Dine d’Iyad Ag Ghali, aujourd’hui ce n’est plus le cas puisque le gouvernement malien qui avait émis un mandat d’arrêt international contre lui, a fini par abandonner toutes les charges retenues contre lui depuis qu’il a adhéré au processus de paix.

Ainsi, il s’est avéré que rien de tout cela n’était fondé. En effet, le chef du HCUA avait bel et bien obtenu son visa. Il avait dû repousser d’une journée son déplacement pour représenter son frère l’Aménokal, Mohamed Ag Intalla aux obsèques de l’épouse de ce dernier qui était en déplacement à la Mecque pour les besoins du pèlerinage. Algabass Ag Intalla n’avait donc pu faire le déplacement aux Etats-Unis parce que malgré son visa américain, il devait aussi faire une escale dans deux pays européens. Comme ce jour-là était férié, il a ainsi décidé volontairement de renoncer à ce voyage malgré toutes les dispositions prises.

Il faut souligner qu’Alghabass Ag Intalla, comme la plupart des acteurs du processus de paix sont libres de tout leur mouvement et à se titre ils peuvent se rendre là où ils le souhaitent. Sauf au cas où ils voyagent pour mener des activités nuisibles contre le Mali et ses fondements républicains.

Rappelons qu’au mois de mars 2017, une délégation de la CMA, composée de Sidi Brahim Ould Sidatt, secrétaire général du MAA et Radwan Ag Barhi, représentant le HCUA s’était rendu sans aucune inquiétude aux Etats-Unis à l’invitation d’une ONG américaine. Seul Bilal Ag Cherif n’avait pu obtenir son visa à cause du délai de traitement de dossier qu’il n’avait pas respecté vu qu’il ne détenait qu’une carte de réfugié, délivrée par les autorités burkinabé en collaboration avec le HCR.

Kibaru

Suivez-nous sur Facebook sur