Emmanuel Macron est venu au Mali : Et après ?

Les Maliens ont attendu la visite du président Français avec beaucoup d’enthousiasme et d’espoir. Ils espèrent un règlement définitif de la crise malienne.

emmanuel macron president francais ibk ibrahim boubacar keita chef etat malien camp militaire gao

Les attentes ont-elles été comblées ?
Il est venu, il a entendu, il a vu et après ? C’est la question qu’on pourrait se poser maintenant après cette visite du président français au Mali, puisque l’un des enjeux de cette visite était la sécurité au Mali et dans le Sahel.

Faut-il croire que Macron est décidé à jouer sa partition pour un Sahel paisible. Certainement oui, mais cela ne se fera pas par un coup de baguette magique.

L’opération Barkhane de la France est basée au Tchad, avec des bases au Mali, au Niger, au Burkina Faso, 4000 hommes, 3 drones, 7 avions de chasse, 17 hélicoptères dont 10 au Mali, 6 à 10 avions de transport, 4 Cassar, 300 véhicules logistiques et 300 véhicules blindés certains sont à Gao, selon certaines sources. C’est donc la plus importante base des forces françaises engagées à l’extérieur.

Dans tous les cas, Emmanuel a dit s’inscrire dans la continuité, mais en accélérant le processus de paix. Il s’est dit déterminé à faire ce ‘’job’’. On peut lui accorder un préjugé favorable même si le chemin pour y arriver est long dans le cadre de l’accord d’Alger.

Macron a certainement su que les attentes des Maliens sont grandes. Il s’est dit intraitable à l’égard des terroristes et leur organisation. « J’aurais une exigence renforcée à l’égard de l’Algérie », a-t-il prévenu. « J’en ai parlé, il y a quelques jours au téléphone avec Abdelaziz Bouteflika, a ajouté le président français. Ce qui peut rassurer plus d’Malien étant donné le rôle obscur que joue notre voisin du nord dans notre crise.

Pour cela, il veut aller vite. Selon lui-même, il a appelé le président pour être ‘’clair sur le cas’’ Iyad. Ce qui sous-entend que ce pays protégerait Iyad Ag Agaly. Pour la majorité des Maliens, cela n’est qu’un secret de polichinelle, c’est-à-dire que tous les Maliens le savaient maintenant. Le masque est-il tombé ? Si c’est le cas, l’Algérie va-t-elle coopérer? Manuel a-t-il un plan B ? Possible.

Le jeune président français ne manque pas de punch, puisqu’il doit convaincre son allié traditionnel l’Allemagne à s’investir ‘’sérieusement’’ dans cette guerre. C’est vrai que l’Allemagne y participe avec un contingent restreint. La France doit aussi convaincre certains pays européens ou des organisations qui soutiennent les rebelles maliens.

Apparemment, Macron est bien informé de ce qui se passe au Mali.

Ce qui est à souhaiter c’est qu’il concrétise en acte ce qu’il a dit a Gao.

Les Maliens et le monde le jugeront.

Il n’y a pas que la guerre au Mali que la France doit combattre.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, elle devrait aussi aider le Mali et le Sahel dans le développement comme l’éducation, la lutte contre la faim etc.

En somme, une aide financière pour le développement puisque le terrorisme ne prospère que dans la misère.

S’il y a une image qui a impressionné lors de la visite du président français, c’est sa simplicité, sa sympathie envers l’armée française. Il a été vu dans le réfectoire tenant son assiette et se servir comme tous les autres soldats.

Levy Dougnon.

 

Source: lesechos

Suivez-nous sur Facebook sur