BenbereVerif : Non, la « tente de la mort » n’existe pas à Tombouctou

À Tombouctou, où la pandémie de Covid-19 semble se répandre à vive allure, des images sont sorties de leur contexte pour dénoncer les conditions d’hospitalisation des personnes testées positives. La fameuse « tente de la mort », dont l’image a fait le tour des réseaux sociaux, n’existe pas à Tombouctou.

En moins d’un mois, la ville de Tombouctou, dans le nord du Mali, est devenue l’une des zones les plus touchées par la pandémie de Covid-19 dans le pays. Entre le 24 avril et le 16 mai, elle a enregistré 19 cas positifs dont un décès, 33 cas suspects et plus de 200 personnes contacts suivies par les services sanitaires. Cette flambée brusque des contaminations suscite des inquiétudes. Certains internautes, en voulant dénoncer les conditions d’hospitalisation, ont sorti des images de leur contexte.

À l’image de cette tente bleue, installée à l’intérieur de l’hôpital, qui est notamment présentée comme le « Centre d’isolement des malades atteints de Covid-19‬ de Tombouctou‬. » Elle a même été nommée la « tente de la mort » car, selon ce journaliste, il y aurait des « températures supérieures à 50 degré » en cette période de chaleur.

La tente qui reçoit les malades atteints du virus Corona à Tombouctou, au nombre de 18, après les 10 cas enregistrer…

 

La « tente de la mort » n’a jamais existé pour les malades de Covid-19 

Après la diffusion de la rumeur, un de nos blogueurs basés à Tombouctou s’est rendu sur place. En réalité, aujourd’hui il n’y a pas une seule tente bleue dans l’enceinte de l’hôpital. La fameuse « tente de la mort », publiée sur les réseaux sociaux, selon Charles Dara, infectiologue à l’Hôpital de Tombouctou, servait plutôt « occasionnellement aux femmes fistuleuses ou aux malades de choléra, mais elle n’est plus là depuis un bon moment. »

Sur le site, il n’y a aucun malade sous les tentes comme l’ont prétendu des publications sur les réseaux sociaux et les douze malades de Covid-19 sont internés dans des chambres climatisées.

« Il s’agit de tentes réglementaires avec un système d’aération »

D’autres tentes, de couleur blanche, existent par contre dans l’enceinte de l’hôpital. Mais, elles sont très différentes de celle dite de « la mort » présentée sur les réseaux sociaux. « Nous avons une capacité d’accueil de treize lits au centre de traitement. Les tentes sont positionnées au cas où le nombre dépasserait ces treize lits. Aussi, il s’agit de tentes réglementaires avec un système d’aération », précisait le Dr. Souleymane Sanogo, incident manager, chef de division santé à Tombouctou, lors d’un point de presse tenu le mercredi 13 mai 2020.

Selon lui, ces tentes respectent les normes médicales et sont conditionnées pour accueillir les malades. « Je fais partie de ceux qui ont monté les tentes. Je vous jure qu’elles sont mieux que les chambres d’hospitalisation, car elles sont aérées et on y a mis des humidificateurs », nous confirme un hygiéniste de l’hôpital sous anonymat.

Défis liés la prise en charge

Il reste qu’à Tombouctou, la prise en charge des malades atteints de Covid-19 se heurte à des défis énormes. Dans son rapport de situation daté du 15 mai 2020, la direction régionale de la santé pointe l’insécurité « limitant le déplacement avec les moyens de transports adaptés ; l’application des mesures de précaution standards par la population ; la difficulté d’approvisionnement en kit de prélèvement y compris boites de triple emballage; la formation des prestataires (PEC cas sévères, IPC, surveillance, communication) ; le besoin de matériels et d’équipements de protection ; le besoin de médicaments et consommables pour la prise en charge symptomatique des cas ; la disponibilité d’un laboratoire mobile ; l’opérationnalisation de tous les cordons sanitaires. »

Enfin, la direction recommande de « doter urgemment la région en test de Covid-19, en kit de prélèvement y compris boîte de triple emballage ainsi qu’en EPI/combinaisons, médicaments et intrants ; de rendre disponibles les ressources financières. »

Source: Benbere

Suivez-nous sur Facebook sur