BARKHANE : Expérimentation d’imprimantes 3D à Gao

Deux imprimantes 3D ont été mises en place sur la base de Gao en 2019, dans le cadre d’une expérimentation menée par la division étude et prospective de l’école du matériel de Bourges. L’objectif est d’évaluer l’utilité des imprimantes 3D en opération extérieure, en testant la qualité des pièces imprimées et leur durée de vie dans les conditions climatiques difficiles de la bande sahélo-saharienne.

Sur la base, le projet est suivi par trois personnels du sous groupement de maintenance adapté au théâtre ayant effectué un stage à l’école du matériel de Bourges. Parmi eux, l’adjudant Fabien explique que « ces imprimantes ont pour vocation de reproduire des pièces déjà existantes, afin de remplacer des pièces d’origine défaillantes, ou d’inventer de nouvelles pièces, après qu’un besoin ait été identifié et qu’une solution ait été imaginée pour le satisfaire ». Depuis que les imprimantes sont arrivées sur le théâtre, elles ont ainsi pu assurer la réalisation de pièces de rechange de véhicules classiques, comme de pièces totalement innovantes, conçues d’après une idée.

De par la solidité des matériaux utilisés – plastique renforcé, fibres de carbone, résine –, ces créations donnent pleinement satisfaction à leurs utilisateurs, et s’avèrent parfaitement adaptées à la rudesse du théâtre.

La qualité et la finesse du travail produit par les imprimantes 3D témoignent de leur utilité en OPEX. En attendant qu’une pièce de rechange arrive de France, la pièce imprimée remplit parfaitement son rôle de substitution, évitant à certains véhicules ou matériels d’être immobilisés trop longtemps. A terme, l’arrivée sur le théâtre de personnels qualifiés, pleinement dédiés à l’exploitation des imprimantes 3D, pourrait permettre une augmentation du rythme de production des pièces de rechange, inscrivant cette expérience dans la durée.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

État-major des armées françaises

Suivez-nous sur Facebook sur