ACCUSE DE PROTEGER LES VOLEURS : Le chef militaire de la CMA, Houssein Goulam, visé par le JNIM

Face au vol et banditisme qui perturbent et la quiétude des communautés, “Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn” (JNIM) pointe un doigt accusateur sur des chefs militaires des ex-rebelles. Un indice de plus qui enfonce davantage la CMA.

Propagande ou diversion ? Dans le Nord, notamment dans la région de Tombouctou, on ne parle que de la mise en garde de JNIM contre des chefs militaires de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).

Le groupe terroriste, dirigé par Iyad Ag Ghaly, a publié un communiqué dans lequel il fait état de vols répétés dans la zone. Mais il ne se fait pas d’illusion, les vols et banditisme fréquents dans la région bénéficient d’une protection insoupçonnée au sein de l’ex-rébellion.

Toute chose qui a motivé la décision de JNIM “de traquer les sieurs Houssein Goulam, chef militaire de la CMA dans la région, et un certain Boubacar Moctar, lui aussi de la branche armée de l’ex-rébellion qu’il accuse d’être les protecteurs et complices des bandits et voleurs qui opèrent dans les régions du Nord”.

Si certains voient cette annonce comme une ruse visant à prouver que la CMA et les terroristes ne font pas cause commune, d’autres estiment tout de même qu’il s’agit d’un désaveu vis-à-vis de l’ex-rébellion. Cette mise en garde de JNIM intervient au moment où la CMA dit avoir lancé une opération de traque contre les voleurs et bandits en 6e région.

 

Des patrouilles qui laissent à désirer

Le 7 octobre dernier, la CMA annonçait en grande pompe une “opération qui consiste à nettoyer la zone des bandits qui sèment la terreur particulièrement sur l’axe Goundam-Tombouctou”. Plus de deux semaines après ce coup de bluff, des sources proches expliquent en profondeur les ratés de cette opération.

“Il est clair qu’il n’y a pas eu de braquages depuis le début des patrouilles, mais il est trop prématuré de conclure que c’est à cause de ces patrouilles car il arrivait bien avant des périodes (1 où 2 semaines) d’accalmie. En plus, le banditisme ne se limite pas aux braquages. Pendant qu’on inonde les médias avec les échos de ces patrouilles, des bandits brûlent 3 écoles à Echell, Tonka et Niafunké et cela n’attire même pas l’attention de ces forces à fortiori qu’elles se rendent sur les lieux pour tenter de mettre la main sur ces bandits. Comme si cela ne faisait pas partie de leur mandat, si elle en avait un. Ça reste un mystère, la CMA parle des gens qui auraient été arrêtés mais on n’a rien vu, ni entendu de noms cités. Et aucun bandit n’a été remis aux autorités de l’Etat avec lesquelles ils affirment travailler conjointement”, nous a confié une source locale.

Est-ce que les populations approuvent l’initiative ou s’il y a eu de l’accalmie ? Sur ce sujet, notre interlocuteur donne des détails. “Vous savez, personne ne demande l’avis de ces pauvres populations conscientes d’ailleurs que l’insécurité qui les traumatise provient en grande partie de ceux qui se font passer aujourd’hui pour leurs protecteurs. Toutefois, toute accalmie est la bienvenue chez ces populations très éprouvées mais ces patrouilles sous cette forme non mixte laissent à désirer”, nous a-t-il indiqué pour dire qu’il ne faut plus de patrouilles unilatérales.

S’agissait-il d’un accord qui autorise la CMA à mener des patrouilles dans une zone où se trouvent les FAMa ? “Non ! Dans le cadre de l’accord pour la paix, ces patrouilles devraient être composées des trois parties signataires. Et dans le cadre de l’entente locale sur la sécurité, elles devraient concerner tous les mouvements de la région et seulement de la région et leur population”, précisera notre source….Lire la suite sur Aumali

A suivre !!!

  1. M. C.

Source: L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur