6 ans après, l’armée reconstituée foule le sol kidalois depuis hier: Alors que les groupes armés de plus en plus divisés sur les appartenances régionales

Selon les propos du Directeur de la division Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) et
Réforme du secteur de la sécurité (SSR), M. Samba Tall en conférence de presse hier à la base de la
MINUSMA prêt de l’Aéroport, les forces reconstituées sont presque dans la ville de Kidal.

Le déploiement de l’unité reconstituée a commencé le 10 février vers 14h30, de Gao vers Kidal. Ce
bataillon reconstitué était déjà en rassemblement à Gao pendant le mois passé. Il a fallu, selon M.
Samba Tall, finaliser tous ces préparatifs logistiques qui ont été faits de concert avec l’État-major des

Forces armées maliennes et la MINUSMA. C’est fin prêt que ce bataillon a quitté Gao le 10 février
dans l’après-midi. « Il est en route et on pense qu’il arrivera à Kidal cet après-midi ou demain matin
vu l’état de la route et la distance », a-t-il fait savoir à la presse.
L’appui de la MINUSMA a été politique selon lui. « Depuis la signature de l’Accord de paix, cette
reconstitution et ce redéploiement de l’armée reconstituée ont fait l’objet de beaucoup d’études, de
réunions et travail pour en aboutir là où on en est. Il y a eu beaucoup de facilitation politique de la
part de la MINUSMA et du reste des Nations unies pour amener les parties signataires à un accord sur
ce que doit être la composition des unités, l’échéancier de déploiement et aussi la poursuite ».
Le soutien a été logistique, qu’il soit dans la réfection des camps, la fourniture de carburant ou tout
le reste.
Si tout semble bien parti pour le redéploiement, il convient de souligner des couacs qui risquent de
diviser les groupes armés cette fois-ci. Car certains groupes crieraient à des affectations sélectives
qui empêcheraient d’autres éléments des différentes régions à rejoindre d’autres, selon la page
« Azawad info ».
« Y a-t-il plus ridicule que cette CMA qui refuse les Azawadiens du MSA, du CJA et de la CPA à Kidal et
accepte la plateforme sous le prétexte fallacieux qu’ils sont Azawadiens », lit-on sur cette page qui
mentionne que les 200 FAMa du sud sont tant détesté. « Sérieusement de qui se moque-t-on là ?
Vous pensez pouvoir faire l’Azawad seuls avec les queues des terroristes que vous sucez ? Ou encore
vous croyez pouvoir berner éternellement les Azawadiens des autres régions en préparant Kidal
comme le futur Kalifa de Iyad Ag Ghaly, votre prophète bien aimé », s’interroge la même page.
Sur cette page, « selon leur porte-parole Sidi Ag Ibrahim, les anciens FAMa et nouveaux intégrés
(MOC) des mouvements de l’exclusivité de la région de Tombouctou mutés à Gao dans le cadre des
bataillons reconstitués des FAMA ont décidé de ne pas partir à Gao ».
Le motif selon cette page vient de Kidal. « Kidal a refusé d’accepter nos gens chez eux, nous aussi on
ne partira pas à l’est », dixit Sidi avant d’ajouter, « puisque Kidal impose au gouvernement la
régionalisation des FAMa, alors chacun ira dans sa région ».
Hier, les anciens FAMa réintégrés et les éléments du MOC nouvellement intégrés membres des
mouvements de l’inclusive ont rencontré les responsables des FAMa au camp de la garde nationale
pour réaffirmer leur décision irréversible d’un déploiement en dehors des régions de Tombouctou et
Taoudeni. Une lettre officielle a été adressée au CEMGA qui est déjà informé de la situation. Le
départ des 2 bataillons reconstitués Gao-Ménaka normalement prévu hier matin a été finalement
annulé, selon la page Facebook de Azawad Info.
K. Komi

Source: lecombat

Suivez-nous sur Facebook sur