MME SAKINATOU WALET, PRESIDENTE DE L’ASSOCIATION AAFED : « Notre objectif est d’atténuer la souffrance des femmes et les enfants »

Jeune et courageuse, Sakinatou Walet est soucieuse du développement de la femme en général et celui des enfants en particulier. Avec ses autres  collègues jeunes, ils ont mis en place une association de jeune dénommée  Association d’aide aux femmes et enfants démunis  (AAFED). Dans un entretien, il nous explique pourquoi cette association, et ce qu’elle entend faire pour le développement de la femme et de l’enfant.

 

LA SIRENE : Présentez-vous à nos lecteurs, pourquoi cette association et que faites-vous ?

Sakinatou Walet : Je réponds au nom de Sakinatou Walet MOHAMED, étudiante à la faculté de Médecine et fondatrice de l’association. Nous avons créé cette association pour apporter des soutiens à la femme en difficulté et les enfants aussi car ils sont nombreux au niveau de cette couche de la société.

L’idée de l’association m’est tout d’abord venue lors d’un forum sur la planification familiale. Là-bas une maman a pris la parole et a incité les jeunes à ne pas oublier les femmes incarcérées. Alors j’ai compris que nous qui sommes dehors et avons la chance d’être libres pourquoi ne pas s’intéresser  aux  femmes en difficultés. Et là lors de nos premières réunions l’attention des autres membres s’est  portée sur les orphelins, les femmes fistuleuses et celles qui sont au Cabano qui sont aussi discriminés bien vrai qu’il y a beaucoup d’autres associations humanitaires de ce genre. Nous voulons aussi contribuer au changement de comportement de ses femmes en prison, en les rapprochant, en causant avec elle pour un changement de comportement, à montrer aux orphelins qu’ils ne sont pas oubliés par la jeunesse.  On doit leur faire comprendre que chacun mérite  une seconde chance, malgré une première erreur. Malgré nos maigres ressources, nous venons  de donner des habits et savons à la prison de Bollé, aux femmes et avec la visite, faire  l’état des lieux.

Nos activités consistent à donner des dons aux orphelinats, aux femmes emprisonnées, au centre Oasis pour les fistuleuses qui sont marginalisées, et faire aussi des séances de causeries avec toutes ces femmes.

La Sirène : Quel message voulez-vous passer  à travers ce créneau ?

Sakinatou Walet : Pour le moment nous n’avons pas de partenaires. Toutes nos activités menées sont payées par les cotisations des membres. C’est pourquoi,  nous sollicitons des partenaires, des personnes de bonne moralité, à nous aider à redonner espoir aux femmes et enfants qui sont discriminés dans la société. Que ça soit des partenaires politiques, religieuses, la population, la jeunesse, les ONG ont besoin de tout le monde et l’association est grandement ouverte à tout le monde.

Source : La Sirène

Suivez-nous sur Facebook sur