Lancement de la Stratégie de Sécurité Alimentaire Mondiale “Feed the Future’’ du gouvernement américain au Mali Kurt Low, chef d’équipe agriculture et croissance économique/ USAID « La stratégie a pour but de réduire durablement la faim, la malnutrition et la pauvreté au Mali »

Le Républicain : Pouvez-vous nous faire une succincte présentation de la Stratégie de Sécurité Alimentaire Mondiale “Feed the Future’’ du gouvernement américain?

 

Le plan pays de la stratégie mondiale de la sécurité alimentaire (ou Global Food Security Strategy- GFSS en anglais) au Mali sert de cadre global pour la programmation intégrée de la sécurité alimentaire, de la nutrition et de la résilience. Le plan s’appuie sur les résultats et les analyses des travaux antérieurs et en cours dans le cadre de l’initiative « Feed the Future » et continue de mettre l’accent sur la réduction durable de la faim, de la pauvreté et de la malnutrition en réalisant trois objectifs principaux, à savoir: une croissance inclusive fondée sur l’agriculture; un renforcement de la résilience des personnes et des communautés; et une amélioration de l’état nutritionnel, en particulier chez les femmes et les enfants.

Pour rappel, l’USAID Mali dispose d’une enveloppe d’environ 24 millions de dollars par an pour soutenir cette stratégie ainsi que le Plan National d’Investissement Agricole du Mali.

Sous quel signe placez-vous ce lancement de la Stratégie au Mali ?

Nous plaçons ce lancement sous le signe de la cohésion, de la complémentarité et de la réussite. Ce lancement traduit l’alignement de notre stratégie sur les priorités de la stratégie nationale du Mali en matière d’investissement dans l’agriculture.

 Du fait des conflits au nord et au centre du pays, le Mali connaît une insécurité alimentaire importante, quelle solution immédiate peut apporter le programme “Feed the Future’’?

Différents types de programmes de l’USAID pourraient être nécessaires pour traiter les principaux problèmes de sécurité alimentaire au Mali. A titre d’exemple, le maïs étant largement cultivé dans le sud du pays, la quasi-totalité des travaux spécifiques à cette chaîne de valeur aurait lieu dans la sous-zone de Sikasso. La concentration de pasteurs est plus forte dans le centre et le nord du Mali et les problèmes liés à la terre et à l’eau entre cultivateurs et pasteurs pourraient être pris en compte dans les activités comportant une composante élevage. Des régimes de précipitations de plus en plus variables sont davantage susceptibles de provoquer des chocs climatiques dans le centre du Mali, rendant les programmes de résilience climatique extrêmement importants.  En outre, les zones humides protégées et mondialement reconnues du Delta intérieur du Niger et de la plaine inondable de Sourou se trouvent dans certaines communes cibles de Mopti, faisant de la gestion des ressources naturelles un élément clé de la programmation de l’USAID dans la zone.

Globalement la stratégie s’est fixée comme but de réduire durablement la faim, la malnutrition et la pauvreté au Mali. Ce programme peut aider à réduire les conflits en aidant les communautés à améliorer leur revenu et créer des emplois pour les jeunes.

Depuis au moins trois ans, il n’y a plus de production dans certaines zones rurales du nord et du centre, du fait de l’insécurité, la stratégie peut-elle être un espoir face à la menace de famine ?

Notre déclaration de partenariat avec “Feed the Future” va contribuer : A l’atteinte d’une croissance inclusive et durable axée sur l’agriculture avec une augmentation de l’emploi ; au renforcement de la résilience des populations et des systèmes ; et à bien nourrir la population malienne, particulièrement les femmes et les enfants.

Mieux, elle est en droite ligne du Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) du gouvernement du Mali (GM) 2015-2025), lequel vise à renforcer le secteur agricole de manière à en faire le principal moteur de la croissance économique en vue de lutter contre la faim, la malnutrition et la pauvreté. Ensemble avec le gouvernement, nous allons collaborer étroitement afin d’atteindre les objectifs ainsi fixés. La stratégie vient en complément de celle du gouvernement et cela peut aider à vaincre la famine, car nous apportons une réponse aux besoins des communautés

Avez-vous un appel à lancer aux Maliens ?

Nous demandons aux Maliens de se donner la main et de travailler ensemble en toute confiance avec beaucoup de transparence et de rigueur.

Propos recueillis par Aguibou Sogodogo

Le Républicain

Suivez-nous sur Facebook sur