Transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem : L’hécatombe dans la bande de Gaza

Lundi 14 mai 2018, le président des États-Unis a effectué comme prévu le transfert de l’ambassade de son pays à Jérusalem. Ce transfert s’est soldé par un bain de sang suite à un affrontement entre Israéliens et Palestiniens à la frontière de la bande de Gaza.

Chose promise, chose faite. L’ambassade des États-Unis se trouve désormais implantée à Jérusale

m depuis le lundi après-midi. En décembre 2017, Donald Trump a mis le feu à la poudre en mentionnant le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem. Cette décision du locataire de la Maison-Blanche a été très bien saluée par le Premier ministre israélien,  Benyamin Netanyahou qui s’exprime ainsi lors de l’inauguration de cette ambassade le lundi 14 mai 2018: «Quel jour glorieux ! Souvenez-vous toujours de ce moment, c’est un jour historique ! Le président Trump, en reconnaissant l’Histoire, a écrit l’Histoire. Nous sommes tous très touchés, nous n’avons pas de meilleur ami au monde. Ici, je me souviens de ma jeunesse. C’est un grand jour pour Jérusalem et pour l’État d’Israël. Un jour qui restera dans nos mémoires pour des générations et des générations». Il a poursuivi en souhaitant que «l’ouverture de cette ambassade propage la vérité dans le monde et fasse une paix durable entre Israël et ses voisins».

Quelques heures avant les cérémonies d’inauguration, de violents affrontements ont opposé des manifestants palestiniens et des soldats israéliens dans la frontière de la bande de Gaza. Au cours de ces affrontements, près de 59 Gazaouis auraient perdu la vie et près de 1200 personnes blessées. Un comité de l’ONU pour la lutte contre le racisme «exhorte Israël à mettre immédiatement fin à l’usage disproportionné de la force contre les manifestants palestiniens, à s’abstenir de tout acte qui pourrait faire de nouvelles victimes et à garantir que les blessés palestiniens aient un accès rapide et sans entrave aux soins médicaux».

Ce transfert fait monter les enchères. La Ligue arabe convoque une réunion d’urgence prévue pour le mercredi afin d’examiner des stratégies de ripostes contre cette décision. Le groupe Al-Qaida inviterait d’ores et déjà au Djihad contre les États-Unis. Aux dires de Theresa May, la Grande-Bretagne désapprouve ce transfert et n’est pas prête à transférer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

Rappelons que Jérusalem-Est est considéré comme la capitale « éternelle » et « indivisible » de la Palestine. Israël a occupé Jérusalem en 1967. Une annexion désapprouvée par les Palestiniens. Cette ville est considérée comme une ville sainte pour les musulmans, les juifs et les chrétiens. La position de la communauté internationale est claire en ce qui concerne ce statut de Jérusalem. C’est la raison pour laquelle celle-ci s’oppose à ce que des ambassades soient installées dans cette partie sensible de Jérusalem, c’est-à-dire Jérusalem-Est. Des négociations sont en cours afin de règlementer son statut, mais tant que celles-ci n’aboutiront pas, aucune ambassade ne devrait s’y déménager.

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays

Suivez-nous sur Facebook sur