Taxe sur les Gafa français : Washington vers une nouvelle guerre commerciale ?

Tendrait-on vers une guerre commerciale ? Les Etats-Unis ont menacé, lundi 2 décembre 2019, d’imposer des droits de douane additionnels aux produits français qui pourraient aller jusqu’à 100%, sur l’équivalent de 2,4 milliards de dollars. Il s’agit d’une réponse à l’instauration en France d’une taxe sur les géants américains du numérique.

C’est le représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer qui a annoncé ce lundi qu’il avait proposé d’imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits français, citant une enquête qui juge la taxe française sur les leaders du numérique “déraisonnable” et “discriminatoire”.

“L’USTR s’attache à lutter contre le protectionnisme croissant des Etats membres de l’Union européenne, qui ciblent injustement les entreprises américaines”, a-t-il commenté dans un communiqué. Cette annonce fait suite à une enquête ouverte en juillet dernier par lui-même qui a conclu que la législation française dite “Gafa” (Google, Apple, Facebook et Amazon) porte préjudice aux entreprises américaines.

Parmi les produits qui pourraient être surtaxés figurent de nombreux fromages, dont le Roquefort, les yaourts, le vin pétillant ainsi que des produits cosmétiques comme le savon et le maquillage ou encore les sacs à main. L’administration Trump semble donc pour l’heure épargner le vin traditionnel, un des produits d’exportation tricolore les plus emblématiques, déjà sous le coup de représailles américaines dans un autre litige commercial sur des subventions européennes à Airbus.

La proposition de l’USTR, qui doit encore recevoir la caution du président américain Donald Trump, risque d’intensifier les brouilles avec l’Union Européenne et la France en particulier. Lundi, avant l’annonce de cette menace de représailles, Bruno Le Maire a prévenu que la France ne renoncerait “jamais” à sa taxe sur les géants de la tech. Le ministre français de l’Economie a également reproché aux Etats-Unis de ne plus vouloir d’un grand accord international sur la fiscalité du numérique.

Suivez-nous sur Facebook sur