Qui est Madame El Chapo, l’épouse du plus grand narcotrafiquant ?

Emma Coronel Aispuro, mariée à l’homme le plus dangereux du Mexique alors qu’elle n’avait que 18 ans, a été un personnage central lors du procès de son mari ”El Chapo” – mais ce qui la motive reste un mystère.

En septembre dernier, une image a fait surface sur le compte Instagram d’Emma Coronel Aispuro, l’ancienne reine de beauté de 29 ans et épouse de Joaquin « El Chapo » Guzman, sur laquelle on peut la voir organisant l’anniversaire de ses filles de sept ans sur le thème de Barbie dans une vaste demeure de Culiacan, dans la région de Sinoloa au Mexique.

Plus tard, la publication mexicaine Milenio a rapporté que la fête était beaucoup moins somptueuse qu’elle n’y paraît. Néanmoins, les photos ont été largement critiquées sur les médias sociaux, plusieurs internautes les interprétant comme une insulte directe de Coronel aux millions de personnes dont les vies avaient été détruites par l’empire sanglant de son mari.

Dans les médias américains, Coronel a largement été dépeinte comme une matérialiste et une reine du spectacle de bimbo, une « narco Barbie » comme le dit Gerardo Reyes, le vice-président de l’unité d’enquête d’Univision.

Mais au cours du procès d’El Chapo, le monde a découvert un portrait différent de Coronel, beaucoup plus complexe, troublant et sans doute diabolique.

Alors que les détails de l’implication de Coronel dans l’empire de son mari ont fait surface – y compris les témoignages alléguant qu’elle était fortement impliquée dans l’orchestration de son évasion d’une prison mexicaine – Coronel s’est plutôt révélée être une épouse et mère rusée et loyale, bien que la question de savoir si son dévouement est motivé par l’amour, la peur ou une combinaison des deux sentiments.

Ancienne reine de concours de beauté et étudiante en journalisme, âgée de 29 ans, Coronel, qui a plus de 30 ans de moins que son mari, s’est largement fait connaître en tant que fille simple d’un cultivateur de haricots devenue une épouse et mère dévouée.

Lors du procès d’El Chapo, Coronel a confirmé cette image en devenant une figure incontournable, assise tous les jours au deuxième rang de la salle d’audience du tribunal fédéral de Brooklyn avec un charmant sourire. Pour la plupart des observateurs, elle semblait profondément préoccupée par le bien-être de son mari, lui souriant ou lui faisant parfois des bisous. Elle aurait même demandé aux juges la permission d’embrasser son mari, mais sa demande a été rejetée au motif qu’elle était « contraire à toutes les procédures de sécurité mises en place ».

Alors même que les crimes sanglants et les indiscrétions conjugales d’El Chapo étaient présentés un par un comme des diapositives dans un PowerPoint, Coronel semblait imperturbable. Même lorsque les transcriptions de leurs textes, qui montraient El Chapo demandant à sa femme de cacher ses armes, ont été présentées au tribunal, Coronel s’est montrée indifférente.

Dans ses entretiens avec la presse, Coronel s’accroche au personnage de femme dévouée, insistant sur le fait qu’elle n’était tout simplement pas au courant des activités criminelles de son mari. « Je ne connais pas mon mari comme la personne qu’ils essaient de présenter », a-t-elle déclaré au New York Times. « Mais je l’admire en tant que l’homme que j’ai rencontré, et celui que j’ai épousé ».

Bien que de nombreux médias aient été incrédules au sujet de ce récit, en vérité, elle n’a peut-être pas eu beaucoup d’autre choix que de le promouvoir. Hernandez, qui a été le premier journaliste à interviewer Coronel en février 2016, estime que le fait de la présenter aux médias pendant le procès était en partie une décision stratégique de la part de l’équipe de défense d’El Chapo. « Elle est jeune, elle est plus instruite que les autres membres de sa famille, elle est jolie ».  « C’est ma théorie : On pense que si elle parle, ça pourrait aider son image publique ».

« Emma est restée dans le silence pendant des années. Je pense qu’elle a dû parler, donner cette interview, pas parce qu’elle le voulait, mais parce qu’il lui a demandé », a indiqué Hernandez.

Le conte de fées de Coronel et El Chapo a commencé lorsqu’elle a été présentée au narcotrafiquant en 2006, lors d’une danse locale dans le village de Canelas par son père, Ines Coronel Barreras, quand Emma n’avait que 17 ans.

Les deux tourtereaux ont continué à se fréquenter pendant quelques mois et se sont finalement mariés en 2007 lors d’une cérémonie très simple et discrète.  En 2011, Coronel a donné naissance à des jumelles, Emali et Maria Joaquina.

Pendant la majeure partie de leur mariage, El Chapo était toujours en fuite, et le couple a passé peu de temps ensemble. Pendant des années, Coronel évitait les médias, se concentrant plutôt sur ses filles et poursuivant ses études en journalisme à Culiacan. Après l’arrestation d’El Chapo en 2016, Coronel a commencé à donner des interviews à la presse, probablement parce qu’elle craignait que son mari soit maltraité par les autorités mexicaines.

Tout au long du procès, elle a insisté sur le fait qu’elle n’était pas impliquée dans les affaires de son mari. Mais les témoignages ainsi que la biographie de Coronel, racontent une autre histoire.

Le père de Coronel, Ines Coronel Barreras, est un lieutenant d’El Chapo de rang moyen, connu sous le nom « l’Unique » ou « le Beau-Père ».

Selon plusieurs récits, le mariage entre Coronel et El Chapo a été en partie orchestré par Ines Coronel Barreras pour lui permettre de gravir les échelons dans le cartel de Sinaloa.

Il a été arrêté en 2013 et condamné à 10 ans de prison pour trafic d’armes et de drogue.

Dans une révélation encore plus accablante au cours du procès, Damaso Lopez Nunez, ancien lieutenant du cartel, a témoigné que Coronel avait joué un rôle clé dans la deuxième évasion de son mari. Elle envoyait des messages aux hommes d’El Chapo et organisait des réunions pour mieux planifier l’évasion. Dans son témoignage, Lopez affirme que Coronel a ordonné aux fils d’El Chapo et à ses hommes d’acheter un terrain près de la prison où il était détenu, ainsi qu’un camion blindé et une montre avec connexion GPS pour localiser les coordonnées de sa cellule.

Coronel a refusé de commenter publiquement les allégations selon lesquelles elle aurait participé à l’évasion de son mari.

Le procès d’El Chapo a clairement montré que la question n’est pas de savoir dans quelle mesure Coronel connaît l’empire de la drogue de son mari, ni même si sa dévotion envers lui est authentique. Il s’agit de savoir si ses actes sont ou non ceux d’un cerveau criminel ou d’une femme terrifiée qui tente de protéger sa famille à tout prix.

 

Source: nyorkpost

Suivez-nous sur Facebook sur