Grande-Bretagne: les conservateurs font mieux que prévu aux élections locales

Le Parti conservateur de la Première ministre britannique Theresa May se dirigeait vendredi vers des résultats meilleurs que prévu aux élections locales en Angleterre, selon les premiers chiffres disponibles qui montraient également une faible progression de l’opposition travailliste.

« Nous n’avons vu que quelques conseils (locaux) changer de mains à ce stade des résultats, mais à l’heure actuelle, cela semble être une meilleure soirée pour les conservateurs que beaucoup ne l’auraient prévu, tandis que les résultats des travaillistes n’ont pas tout à fait répondu aux attentes », soulignait Jonathan Carr-West, un analyste du centre de réflexion Local democracy.

Ces élections, destinées à renouveler les instances locales, sont traditionnellement compliquées pour le parti au pouvoir, et Theresa May risquait gros après le scrutin législatif de juin 2017, qui lui avait coûté sa majorité absolue, et au vu des divisions qui continuent de miner le Parti conservateur sur le Brexit.

Selon les résultats disponibles vers 07H00 GMT, portant sur près de deux tiers de la carte électorale, les tories remportaient 811 sièges de conseils locaux, contre 1.302 pour les travaillistes de Jeremy Corbyn.

Mais les conservateurs sont surtout parvenus à conserver leurs bastions historiques à Londres, qui avait voté contre le Brexit en 2016, élu un maire travailliste, Sadiq Khan, en 2016 et semblait prête pour s’offrir encore davantage au Labour.

Les tories gardent ainsi la main sur les boroughs (arrondissements) de Westminster et Wandsworth, mais aussi Kensington and Chelsea, où ils auraient pu payer pour l’incendie de la tour Grenfell qui avait fait 71 morts en juin 2017, dont ils sont tenus pour responsables par les survivants.

– Effondrement de l’Ukip –

Mieux: les conservateurs ont conservé Barnet, dans le nord de la capitale, dont le Labour espérait prendre le contrôle. Les électeurs de l’arrondissement, où vit une importante communauté juive, pourraient avoir sanctionné les travaillistes à la suite d’accusations selon lesquelles Jeremy Corbyn aurait laissé l’antisémitisme se diffuser au sein de son parti.

« Nous avons fait mieux que prévu », a réagi le président du Parti conservateur, Brandon Lewis, sur Sky News. « Le Labour qui pensait tout rafler à Londres n’y a pour l’instant pas gagné un seul arrondissement » supplémentaire, a-t-il ajouté.

Les conservateurs perdent en revanche le contrôle de Trafford, près de Manchester (nord-ouest de l’Angleterre), et de Plymouth dans le sud-ouest.

Les premiers résultats montraient par ailleurs un effondrement de l’Ukip (-44 sièges), le parti europhobe et anti-immigration, en perte de vitesse depuis la décision des Britanniques de quitter l’UE lors du référendum de 2016, qui l’a privé de raison d’être.

Les Libéraux-démocrates ont eux réussi à gagner le borough de Richmond, dans le sud-ouest de Londres, au détriment des Conservateurs.

Plus de 4.300 sièges étaient en jeu dans quelque 150 conseils locaux d’Angleterre, notamment dans les principales villes, Londres, Manchester, Leeds et Newcastle. Chargés notamment des questions d’éducation et de la gestion des déchets, certains conseils sont renouvelés entièrement, d’autres par tiers ou moitié seulement.

Ces élections se sont tenues jeudi quelques jours seulement après la démission dimanche de la ministre de l’Intérieur Amber Rudd, emportée par le scandale entourant le traitement des immigrés d’origine caribéenne arrivés au Royaume-Uni après la Seconde Guerre mondiale.

Le Brexit, prévu fin mars 2019, s’est aussi inscrit en toile de fond de ces élections locales.

AFP

Suivez-nous sur Facebook sur