Donald Trump ordonne aux entreprises américaines de quitter la Chine

La guerre commerciale entre la chine et les Etats-Unis ne finira pas de si tôt. Donald Trump a encore lancé des bombes incendiaires contre le géant qui sommeille.

Cette fois la Chine a employé la main forte en annonçant “une nouvelle série de droits de douane sur les marchandises américaines d’un montant de 75 milliards de dollars, allant de 5% à 10%. Ils entreront en vigueur par vagues débutant les 1er et 15 décembre”, a annoncé Beijing.

Les mesures américaines ont entraîné une escalade continue des frictions économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, qui ont gravement porté atteinte aux intérêts de la Chine, des États-Unis et d’autres pays, et ont également gravement menacé le système commercial multilatéral et le principe de libre échange. ” a déclaré Beijing.

Et l’agence de presse chinoise Xinhua, a déclaré que les sanctions étaient contrebalancées par les taxes perçues par les Etats-Unis sur des marchandises chinoises d’une valeur de 300 milliards de dollars.

Mais tous ces propos et décisions chinois n’ont pas été appréciés par Trump qui a réagit avec fureur en se déchaînant sur twitter.

“Notre pays a perdu stupidement des milliards de dollars avec la Chine depuis de nombreuses années. Ils ont volé notre propriété intellectuelle à un rythme de plusieurs centaines de milliards de dollars par an, et ils veulent continuer”, a écrit Trump. “Je ne laisserai pas cela arriver! Nous n’avons pas besoin de la Chine et, franchement, nous serions beaucoup mieux sans eux.”

“Les énormes quantités d’argent que la Chine a volées et volées aux États-Unis, année après année, pendant des décennies, vont et doivent cesser. Nos grandes entreprises américaines sont invitées à commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, notamment votre société à la maison et à fabriquer vos produits aux États-Unis. Je répondrai aux tarifs de la Chine cet après-midi. C’est une excellente occasion pour les États-Unis. “

Suivez-nous sur Facebook sur