Caricatures: 5.000 fidèles maliens exigent des excuses d’Emmanuel Macron


Quelque 5.000 fidèles musulmans rassemblés dans et autour de la Grande mosquée de la capitale malienne Bamako ont fustigé mercredi les caricatures du prophète Mahomet, au coeur d’une crise entre la France et le monde arabo-musulman, ont constaté des journalistes de l’AFP

. Le Haut conseil islamique du Mali (HCIM), principale organisation islamique dans ce pays à 90% musulman, qui avait appelé à ce rassemblement, dénonce “les discours irresponsables, diffamatoires, calomnieux et anti-républicains” de M. Macron “sur l’islam et les caricatures”, a déclaré son secrétaire-général adjoint, Moussa Bocar Bah.

L’organisation, courroie de transmission traditionnelle entre le pouvoir et les musulmans du Mali, réclame des “excuses à la communauté musulmane du monde” du président français, a-t-il ajouté.”La France et les Français ont dépassé les bornes. Ils ont touché à l’intouchable, notre prophète Mahomet. C’est impardonnable”, a pour sa part estimé un vice-président du HCIM, Mohamed Traoré.”Stop à la provocation. Sinon il y aura pire”, menaçait une banderole déployée dans la mosquée, pleine à craquer, où était notamment présent l’imam conservateur Mahmoud Dicko, ancien dirigeant du Haut Conseil et l’une des personnalités les plus influentes du Mali.Lors de la cérémonie d’hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire décapité près de Paris le 16 octobre dans un attentat islamiste pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète de l’islam, le président Emmanuel Macron a promis que la France ne renoncerait pas à ces dessins, au nom de la liberté d’expression. Il est depuis lors devenu la cible de manifestations dans plusieurs pays.

Source : AFP
Suivez-nous sur Facebook sur