Affaire Monica Lewinsky : Bill Clinton dit pourquoi il ne lui a jamais demandé pardon

S’il y a bien une chose que l’ancien président américain Bill Clinton sait faire, c’est bien de faire les gros titres. Lors d’une émission, le Today Show, du lundi 4 juin sur la chaîne NBC, il a fait savoir pourquoi il n’a jamais demandé pardon à Monica Lewinsky.

Alors qu’il faisait cette interview avec le journaliste Craig Melvin, dans le cadre de son nouveau roman « The President is missing » co-écrit avec James Patterson, l’entretien a pris une toute autre tournure, parlant du mouvement #MeToo.

C’est ainsi que Bill Clinton s’est prononcé sur l’affaire Monica Lewinsky, 20 ans après.

« Vous, typiquement, vous avez ignoré les faits en décrivant cela et je parie que vous ne les connaissez même pas », s’est-il exprimé, la mine irritée.

Pour rappel, Monica Lewinsky blanche a eu des relations sexuelles durant son stage avec Bill Clinton, alors président des Etats-Unis. Et ce, une dizaine de fois. Cette histoire a défrayé la chronique dans les années 1998 et 1999 aux Etats-Unis et partout dans le monde.

Lorsque l’histoire a été rendue publique, Bill Clinton ne se disait pas qu’il fallait présenter des excuses à Monica Lewinsky.

« Je ne lui ai jamais parlé, mais j’ai dit publiquement à plus d’une occasion que j’étais désolé. C’est très différent. Les excuses étaient publiques. », s’est-il contenté de dire.

Pour se dédouaner, Bill Clinton interroge l’histoire.

« J’ai lancé une politique contre le harcèlement sexuel lorsque j’étais gouverneur dans les années 80. J’avais deux femmes cheffes de cabinet quand j’étais gouverneur. Les femmes étaient surreprésentées dans mon bureau de procureur général dans les années 70. »

Chaud bouillant, Clinton a posé la question de savoir si Kennedy et Johnson auraient dû être démis de leurs fonctions pour adultère.

« J’ai affronté cela il y a vingt ans et les Américains sont restés à mes côtés pour les deux tiers d’entre eux. Et j’ai essayé de faire du bon travail depuis dans ma vie et mon activité professionnelle. »

Afrikmag

Suivez-nous sur Facebook sur