«À vouloir tout bousculer, tout s’est arrêté»: Hollande sur les 2 ans du mandat de Macron

Dans une interview au Parisien, l’ancien chef de l’État François Hollande, a donné son sentiment quant aux deux premières années du mandat d’Emmanuel Macron. Il a également commenté certains sujets d’actualité, comme le mouvement des Gilets jaunes ou le Grand débat national.

«À vouloir tout bousculer, tout s’est arrêté», a répondu François Hollande à un journaliste du Parisien qui l’interrogeait sur les deux premières années du quinquennat d’Emmanuel Macron, tout en ajoutant qu’un mandat dure cinq ans et que «tout Président peut toujours opérer des corrections».

«Diriger la France, je l’ai éprouvé, est un exercice difficile qui suppose de bien comprendre notre pays. Le résultat au bout de deux ans n’est bon ni pour la vitalité économique ni pour la cohésion sociale. À vouloir tout bousculer, tout s’est arrêté. Mais un mandat dure cinq ans, évitons de porter des jugements définitifs. Tout Président peut toujours opérer des corrections, moi-même, j’en ai fait.»

François Hollande s’est également prononcé sur la crise des Gilets jaunes. Répondant à la question de savoir s’il ne regrettait pas d’avoir soutenu les manifestants en dépits des violences, il a souligné qu’il leur avait conseillé, lors d’une rencontre en Ardèche deux jours avant la manifestation du 1er décembre qui avait dégénéré, de «prendre la parole, mais surtout de trouver un débouché à leurs revendications».

«D’ailleurs, si une issue avait été trouvée plus rapidement, ce mouvement n’aurait pas eu cette ampleur, et nous n’aurions pas connu les excès que nous constatons, hélas, samedi après samedi», a souligné l’ancien Président français.

Le Grand débat national, lancé par Emmanuel Macron en réponse au mouvement des Gilets jaunes, est une «méthode pertinente», selon François Hollande.

«Le débat, même pour sortir d’une crise, me paraît une méthode pertinente. Il faut maintenant des mesures immédiates, mais surtout des décisions de long terme. L’urgence commande de réduire les injustices fiscales. Ce qui suppose de revenir sur les mesures prises depuis deux ans. Notamment par le rétablissement de l’ISF et le renforcement de la fiscalité sur les revenus du capital.»

Source: sputniknews.com – 31.03.2019

Suivez-nous sur Facebook sur