Fratricide à Ségou Bougouni : Le médecin interne Demba Mariko poignardé mortellement par son jeune-frère Abdine

La journée du samedi 6 juillet reste à jamais gravée dans la mémoire de la population de la Citée des Balanzan, notamment celle du quartier Bougoufié. En effet, Demba Mariko, âgé de 32 ans, étudiant finaliste à la Faculté de médecine de Bamako communément appelé “médecin interne”, a été poignardé mortellement par son jeune-frère, Abdine Mariko, un déséquilibré mental.

 

De sources policières, Abdine Mariko, un jeune étudiant dans une des facultés maliennes, était un déséquilibré mental. Ainsi, à chaque fois qu’il pique des crises, il faut lui administrer une injection pour le calmer.

C’est pourquoi, son grand frère, Demba, médecin interne mis à la disposition de l’Hôpital Namankoro Fomba de Ségou, s’est vu obliger d’administrer lui-même lesdites injections. Quoi de plus normal !

C’est au cours d’une de ces injections que cet exercice de routine a tourné au drame car, toujours selon des sources policières, après avoir administré les injections de son frère Abdine qui venait de piquer une énième crise, le jeune médecin a été surpris par le déséquilibré, lequel l’a poignardé avec un couteau qu’il avait pris le soin de dissimuler.

Alertés par les cris de détresse de Demba Mariko, les autres membres de la famille ont accouru vers le lieu pour comprendre. A leur arrivée, le mal était déjà fait, le jeune médecin baignait dans une marée de sang.

Toutes les tentatives pour secourir Demba ont été vaines. Il a fini par rendre l’âme des suites de ses blessures. Quant à son frère, l’auteur du crime, il a été arrêté par le Commissariat de police du 1er arrondissement de Ségou.

Ce drame pose désormais la problématique de la négligence des plus hautes autorités dans la prise en charge des cas de folie, de maladies mentales et de toutes les pathologies assimilées. Il démontre également la nécessité de créer des centres spécialisés pour le traitement des personnes souffrant de ces maladies afin d’éviter de telles situations.

Paix à son âme !

        Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur