A Paris, une “maison de sexe” avec des poupées en silicone

Comme beaucoup de pays asiatiques l’ont fait il y a déja plusieurs années, Paris a vu s’ouvrir en 2018, sa première maison de sexe où on loue des poupées en silicone, en anglais des “sex dolls”. Découverte de ce bordel du 21ème siècle

C’est un bordel d’un genre nouveau. Nouveau pour la France en tout cas. Parce qu’en Asie, le principe existe déjà, et depuis longtemps. En France, les “maisons closes” sont interdites … depuis 1948.  C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on les a baptisées ainsi.

Mais rien n’interdit d’ouvrir ce genre de nouvel établissement … car les anciennes prostituées, les anciennes “filles”, que l’on trouvait dans les bordels sont ici remplacées par des poupées en silicone, conçues pour que l’illusion soit la plus troublante possible.

Première maison close de sex dolls à Paris 

A Paris, une maison close proposant ces poupées vient d’ouvrir. C’est la première en France, une adresse qu’on se passe sous le manteau. Le succès est tel que son propriétaire va ouvrir plusieurs franchises en France et à l’étranger

Depuis février 2018, un lieu, baptisé Xdolls a donc ouvert à Paris. Dans un appartement ordinaire de 70 mètres carrés, d’un immeuble ordinaire. Aucune enseigne, aucune plaque, aucun indice ne le révèle. Son adresse n’a fait l’objet d’aucune publicité. Toute la phase commerciale se fait sur internet, dans la plus grande discrétion. C’est sur internet que le client trouve le lieu, et son adresse. C’est aussi sur internet qu’il paye, à l’avance, les 89 euros du tarif.

Le marché à l’ achat se développe lui aussi 

En moyenne, une poupée coûte entre 2000 et 5000 euros. Et la demande en France devient de plus en plus forte. Nous avons exceptionnellement rencontré un homme qui vit chez lui avec trois poupées. Il nous raconte la relation qu’il a établi avec elles. Un témoignage rare.

La maison des poupées sexuelles et la rencontre avec un propriétaire de poupées sexuelles. Visite guidée avec Bruno Lopez et Nicolas Metauer

Source: francetvinfo

Suivez-nous sur Facebook sur