EN UN MOT: Nouvelle pierre dans le jardin des ex-rebelles

La série noire continue pour les ex-rebelles. Après avoir essuyé les accusations de complicité avec les jihadistes proférées par le président nigérien, les séparatistes de Kidal font désormais face à la mise en cause de l’accord d’Alger.

Dans son adresse à la nation à l’occasion du 22 septembre, le président de la République a, pour la première fois, envisagé la relecture du document totalement rejeté par les Maliens dans leur large majorité.

Même si IBK tient à sauvegarder l’esprit de cet accord, il ouvre la porte à une relecture ; une perspective qui va sans nul doute fâcher les gens de Kidal et leurs protecteurs algériens qui n’ont pas du tout apprécié le changement de ton à Bamako, ragaillardi par le soutien de la Cédéao, dont les chefs d’Etat et de gouvernement ont promis de prendre les choses en main dans les prochains mois. Lire la suite sur aumali…

 

DAK

Source:l’indicateur du renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur