Edito : Tièbilé nous manque déjà

Homme des ‘‘grands dossiers de la République’’ pour ses inconditionnels, M Tiéblié est donc passé où pour se taire sur la crise sociopolitique qui  ravive. Homme de poigne, vous l’avez dit, patriote convaincu pour d’autres, la dernière saga médiatique  du président du parti PARENA date de mi-février où il a encore fait honneur  à ses soutiens et à tous ces esprits non satisfaits de la gouvernance actuelle : Crises sécuritaire et financière, climat sociologique, Tièbilé  avait touché à tout  avec, bien entendu, promesse et espoir de revenir tant que la situation n’aura pas changé. Mais diantre…

Pour l’autre, si Tièbilé Dramé avait toutes les assurances  que le président IBK allait faire appel à l’opposition dans les jours qui ont suivi, il allait renoncer à cette conférence de presse et s’abstenir de toute critique pour ne pas gâcher ‘‘les choses’’. Et Tièbilé lui-même  n’a pas manqué de le prouver.  Celui qui n’a pas manqué aucune occasion pour séduire sur  l’opinion  publique n’a encore rien à dire face à la crise sécuritaire aiguë couplée à la crise scolaire toujours en cours.

Vrai ! Depuis le coup  de fil magique du président  aux messieurs de l’opposition, ils ont tous presque  perdu leur virilité malgré que ce n’est pas l’occasion qui manque actuellement. Par ce silence de l’opposition, l’on tente  de donner raison  à l’autre qui dans un passé très récent  recommandait dans un humour au très mauvais gout de  ‘‘donner à manger’’ à Tièbilé et compagnons car ils avaient seulement faim. Nous signalons à Bakary Togola, c’est son nom,  qu’il avait raison et que ses recommandations déjà prises en compte ont porté fruit, car le silence de l’opposition  est déjà un acquis alors que le plat  n’est même  pas servi d’abord.

La rédaction

Source: La Sirène

Suivez-nous sur Facebook sur