Edito : Carnet secret de la présidentielle

Retrait des cartes d’électeur :
Un taux de plus de 50 %
À la date du samedi 14 juillet dernier, le taux global de retrait des cartes d’électeur biométriques était plus que reluisant, selon les chiffres du ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation. En effet, 51,54 % des électeurs avaient retiré leur carte.

La réussite de la présidentielle, dans un climat apaisé, est la plus grande préoccupation des pouvoirs publics de notre pays. Déjà on apprend, selon des sources dignes de foi, que le gouvernement projette de chômer les journées du vendredi et du lundi 20 juillet pour permettre au maximum d’électeurs de retirer leur carte pour pouvoir voter le 29 juillet prochain.
À la date de ce vendredi 13 juillet 2018, le taux de retrait des cartes d’électeur est de 51,54 % à la mi-journée du 13 juillet 2018 soit 4,1 millions d’électeurs. Le taux de retrait dépasse 60 % dans les régions de Sikasso (65,88), Ségou (64,98 %) et Tombouctou (60,18 %).
À Gao, le taux de retrait est de 55,14 %, à Koulikoro 52,59 % et à Kidal de 51,93 %.
Bamako reste à la traine avec seulement 37,97 % après Kayes et Mopti respectivement avec 46,19 % et 47,48 %.

Promesses de campagne :
le grand bluff du candidat Soumaïla Cissé
Le chef de file de l’opposition, non moins candidat de l’URD et de la coalition pour l’alternance, Soumaïla Cissé, promet de supprimer la vignette pour les engins à deux roues, les tricycles, les taxis… De quoi galvaniser les Bamakois, pour qui la vignette constitue une corvée.
« Si je suis élu président de la république, fini le fardeau de la vignette pour vos motos, vos taxis, vos tricycles… chacun aura la latitude de circuler librement sans se faire inquiété», a annoncé Soumi Champion au Grand marché de Bamako, vendredi dernier, lors d’un meeting. La promesse est trop belle pour y croire. En tout cas, Soumi n’a jamais annoncé d’alternative pour les recettes des vignettes qui seront supprimées. Et pourtant, les recettes tirées de la vignette, pour qui connait les rouages étatiques, constituent d’importantes ressources pour les finances des collectivités où elles sont utilisées pour l’assainissement, l’entretien des voies publiques et même le salaire de certaines catégories d’agents. Dans ce contexte, il serait trop tôt de crier victoire avec cette proposition du chef de file de l’opposition qui, au-delà d’encourager l’incivisme, crée une gaffe d’insécurité autour de ces engins.
S’il s’agit d’une belle promesse de campagne pour certaines catégories de la population, pour un Soumi Champion, renoncer aux recettes des vignettes ne dispensera guère les Maliens de cette charge qui peut être imposée de mille manières (augmentation du prix de l’essence à pompe par exemple, des pièces de rechange…).
Alors, s’il n’est pas interdit de rêver, il est tout de même temps pour chaque Malien de cesser de prendre ses propres rêves pour réalité.

Arène politique :
AIM met le point sur les I
L’ancien Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maiga sort enfin de son silence face aux rumeurs de son ralliement au camp du chef de file de l’opposition. Si certains reprochent toujours à son communiqué un manque de clarté, Abdoulaye Idrissa Maiga est pourtant sans équivoque : « Depuis mon départ de la Primature, je me suis imposé un devoir de réserve. Or, depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les médias qui les ont relayées, de bien vouloir publier ce communiqué en guise de droit de réponse ».
L’ancien Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga dément formellement son prétendu ralliement à l’Opposition dans un communiqué :
« Mesdames et Messieurs,
depuis mon départ de la Primature, je me suis imposé un devoir de réserve. Or, depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition.
J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les médias qui les ont relayé, de bien vouloir publier ce communiqué en guise de droit de réponse.
Condamnant ce genre de pratiques portant atteinte à mon image, je réitère mon attachement à mon devoir de réserve.
Priant pour des élections apaisées, je formule le Vœu d’un Mali harmonieux où le Vivre ensemble doit demeurer autant un patrimoine commun qu’un effort collectif.
Je vous remercie.
Abdoulaye Idrissa MAIGA, Ancien Premier ministre »

CRNOP :
COLLECTIF RETIRE SON SOUTIEN à SOUMI
DÉCLARATION DE CONTESTATION
Nous membres du bureau national et les délégués des bureaux des régions (Bandiagara, Bougouni, Dioila, Kita, Koutiala, Nara, Nioro et San, créées par la loi 2012-017 du 02 mars 2012) non Opérationnelles, réunis ce jour 15 juillet 2018 dans la salle de conférence du Conseil de Cercle de Bougouni, déclarons ce qui suit :
-Suite à la déclaration du président du CRNOP à Koutiala pour le mot d’ordre de vote ; nous membres et représentants des régions non opérationnelles n’avons été concertés ni associés à cette déclaration partisane
-NOUS CRNOP nous nous portons en faux et condamnons fermement cette déclaration,
-le Collectif des Régions Non Opérationnelles (CRNOP) est un regroupement, un mouvement apolitique à vocation revendicative exclusivement dédié à la quête de l’Opérationnalisation effective des neufs (09) Régions.
-le Collectif des Régions Non Opérationnelles (CRNOP) se démarque des déclarations tendancieuses visant à inviter ses membres et militants à voter pour un Candidat donné aux élections présidentielles.
-le collectif des chefs de villages des régions non opérationnelles invite les membres et sympathisants du CRNOP de voter pour le candidat de leur choix pour un Mali meilleur
-Le Collectif des Régions Non Opérationnelles (CRNOP) entend poursuivre sa lutte avec détermination jusqu’à l’atteinte complète de ses objectifs qui se résument à l’opérationnalisation totale des neufs (09) Régions.
-Le Collectif des Régions Non Opérationnelles (CRNOP) se réserve le droit de mettre en œuvre, tous les moyens légaux lui permettant de parvenir à ses fins
-Le Collectif des Régions Non Opérationnelles (CRNOP) invite ses militants à de la retenue afin d’éviter tout amalgame de ses actions avec celles des formations politiques en ces temps de campagne pour les élections Présidentielles.
Fait à Bougouni, le 15 juillet 2018
Le Vice-président
Issa OMBOTIMBE

Me Konaté tacle IBK
Après avoir perdu son pari pour ce qui est de la tenue présidentielle du 29 juillet, Me Mamadou Ismail Konaté, ancien ministre de la Justice, hors course, fait une immixtion pour le moins très orientée dans la campagne, une semaine après l’ouverture de celle-ci.
Pour toujours régler ses comptes avec son ex-employeur de candidat, à savoir IBK, il tacle ce dernier sur sa page Twitter dénigrant son programme qui ne contiendrait pas, selon lui « une seule trace sur la corruption, fléau qui ronge la démocratie dans le Projet de Programme 2018-2023 du candidat IBK, AXE 1 GOUVERNANCE, REFORMES POLITIQUES ET INSTITUTIONNELLES. S’agit-il d’un oubli ou d’un déni ? Peut-on ignorer 5 ans durant un phénomène aussi dangereux ? »
Rappelons que Me Konaté avait parié que le contexte sécuritaire, social et politique ne permettait pas de garantir le bon déroulement du scrutin présidentiel prévu ce 29 juillet. Il avait estimé dans une tribune, en mars dernier, que « L’élection, telle qu’envisagée, n’a de chance de se tenir plutôt régulièrement que dans les six communes de Bamako »…

IBK en 1ère région
Le candidat Ibrahim Boubacar KEITA s’est envolé, ce dimanche matin à 9 h 20, à bord d’un avion privé pour Kayes où s’est tenu un meeting en début d’après-midi. Il est accompagné d’une forte délégation de 40 membres, dont Tièman Hubert Coulibaly, président de l’UDD, Moulaye Ahmed Boubacar et Kané Rokia MAGUIRAGA, tous deux membres du BPN-RPM-EPM.
Après Kayes, IBK fera cap sur Yélimané.

Week-end de meeting
Après le candidat de ADP-Maliba, Alou B Diallo samedi, c’est au tour du candidat du RPM et de la Plateforme « Ensemble pour le Mali, (EPM) » de tenir meeting au Stade Abdoulaye Makoro Sissoko de Kayes devant des milliers de partisans qui scandaient : BOUA TA BLA.
Tandis qu’en compagnie de Moussa Mara, Konimba Sidibé invitait son candidat CMD sur ses terres de Dioila (du moins celles de Diarrassouba, toujours convalescent après son accident) le candidat IBK, après la visite aux notabilités de la ville Kayes, partait à Yélimané pour tenir son second meeting de la journée.
Rappelons qu’au cours d’un meeting tenu ce samedi 14 juillet à Paris devant un millier d’adhérents, tous représentants leurs communautés villageoises en France, l’Association du Cercle de Yélimané Dangakané a appelé à voter IBK.

Frayeur sur la route de Kadiolo :
Un véhicule de marque Prado de la délégation du candidat Mamadou Oumar Sidibe du parti PRVM Faso Ko a fait tonneau à 18 km de Kadiolo, dont la nouvelle route, toujours en chantier, reste très accidentogène.
Plus de peur que de mal : on ne déplore aucune perte en vie humaine. Les blessés, transportés d’urgence au centre de référence de Kadiolo, s’en sont bien sortis et poursuivaient avec leur candidat en campagne dans la région de Sikasso, ce dimanche.

L’aveu de Yéah Samaké
Face aux médias, le mardi dernier à la Maison de la presse, pour expliquer les grandes lignes de son projet présidentiel, dénommé ” Reprenons le contrôle de notre destin commun », projet qualifié de ” plan audacieux pour la paix, la stabilité et la prospérité au Mali ” et qui s’articule autour de cinq axes prioritaires, le candidat du Pacp, Yeah Samaké, affirme : « Nous avons refusé de donner des consignes de vote en 2013, parce qu’on savait au départ que ni IBK, ni Soumaïla n’ont la solution de ce pays et le temps nous a donné raison pour la simple raison qu’IBK a atteint ses limites dans la gestion des affaires. Par contre, aucun des candidats à cette élection y compris Soumaïla Cissé ne peut faire mieux qu’IBK ».

Marseillaise pour Sinko
Le candidat de la Plateforme pour le changement, Moussa Sinko Coulibaly, qui a dévoilé face à la presse, lundi dernier, les grands axes de son projet de société pour 2018-2023 articulé autour de la paix et de la consolidation du tissu social, a fêté ce samedi, son 46ème anniversaire. L’ex-général, qui veut faire de la destination Mali, une destination attractive en luttant contre la corruption, est en effet né un certain 14 juillet 1972. Alors « Marseillaise » pour Sinko !

Deux chérifs, deux approches
Contrairement au Chérif de Nioro, Cheick Mohamédoun Ould Cheickh Hammahoullah dit Bouyé qui a appelé ouvertement à voter pour le candidat Alou B Diallo, pour sa part le Guide spirituel de la Fédération ançardine internationale (FADI), Cheickh Chérif Ousmane Madani HAIDARA, dans un message diffusé sur Cherifila TV, se veut neutre pour cette présidentielle. En tout cas, il refuse de donner une consigne de vote à ses millions de fidèles.
Voici son message :
Assalam aleykoum mes frères et sœurs en islam.
Chers compatriotes Maliens et Maliennes, de l’intérieur comme de l’extérieur.
Je vous invite tous à retirer vos cartes d’électeurs et d’aller voter pour le candidat de votre choix.
Haidara ne donnera aucune consigne de vote à l’endroit de qui que ce soit, je reste sur ma position de neutralité digne d’un chef religieux.
Faites attention de ne pas prendre de l’argent avec un candidat dans le but de modifier votre choix, sachez que Dieu nous demandera compte de nos actions.
Ne votez jamais pour des gens qui font tout pour saboter la religion musulmane, la laïcité implique nécessairement de respecter toutes les religions. Vous n’êtes sans savoir que nous sommes (chefs religieux) victimes de toutes sortes d’injures et d’injustices pour l’unique but de salir l’islam. Faites donc attention sur vos choix si vous êtes vraiment croyants.
Les musulmans peuvent voter pour n’importe qui, à condition que ce dernier ne soit pas un fervent ennemi de l’islam. Sinon, toute personne, de bonne foi pour le Mali, est digne de votre voix.
Prions tous pour la paix dans notre pays.
Que le Seigneur fasse que ces élections se déroulent dans la paix et la quiétude sur toute l’étendue du pays ! Amine.

Source : Cherifla Actu

Suivez-nous sur Facebook sur