Visite d’une délégation de la CEDEAO au Centre national d’alerte précoce et de réponse du Mali

Bamako, 23 août (AMAP) La vice-présidente de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’afrique de l’Ouest (CEDEAO), Mme Finda Koroma, s’est rendue, jeudi, au Centre national d’alerte précoce et de réponse du Mali (CNAP), à l’Hippodrome, à Bamako, pour échanger avec le personnel sur les défis auxquels il est confronté et la situation du Mali a constaté l’AMAP.

Créé en 2017, le CNAP a pour mission principale de collecter les informations et des données sur l’ensemble des défis de la sécurité humaine en général, avec comme thématiques privilégiées la sécurité, l’extrémisme violent, le terrorisme. S’y ajoutent le crime et la criminalité transfrontalière, la migration, l’environnement, la santé et la gouvernance. Ce, afin « d’analyser et de pouvoir donner des notes, des rapports ou des fiches d’alerte aux gouvernants ». A ce titre, le Centre est rattaché à la Primature, rappelle-t-on.

C’est aux environs de 10 heures que la vice-présidente de la Commission de la CEDEAO et sa collaboratrice, le chef de la division Analyse à la direction de l’alerte précoce de l’institution sous régionale, Maïmouna Konaté, ont été accueillies par le directeur du CNAP, le colonel-major Lassana Doumbia. Dans son mot de bienvenue, ce dernier a fait la genèse de la création de la structure qui a vu le jour avec le développement de la direction d’alerte précoce de la CEDEAO. « Il a été le premier à être inauguré en 2017 par le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Kéita, à l’époque président en exercice du G5 Sahel et celui du Togo Faure Gnassingbé, qui était président en exercice de la CEDEAO », a précisé Lassana Doumbia. Avant de remercier au nom des plus hautes autorités l’institution sous régionale pour son soutien à sa structure.

L’occasion était bonne aussi pour le directeur du Centre de faire savoir à ses hôtes l’ambition de la structure qui est de développer davantage ses capacités pour faire face aux défis sécuritaire, environnemental, sanitaire ainsi que ceux liés au crime et à la criminalité. « C’est pourquoi, aujourd’hui, je tiens à souhaiter la chaleureuse bienvenue à Mme la vice-présidente de la CEDEAO pour que nous puissions échanger, partager les défis auxquels la sous-région est confrontée ainsi que le Centre, en particulier, pour participer à la prévention et au monitoring des conflits qui sont aujourd’hui la préoccupation majeure des autorités du Mali et de la sous-région en général», a expliqué le colonel-major Lassana Doumbia.

De son côté, la vice-présidente de la Commission de la CEDEAO a remercié les membres du CNAP pour leur détermination malgré les conditions difficiles. Mme Finda Koroma les a également félicités pour la qualité de leur collaboration avec sa structure. Les émissaires de la CEDEAO n’ont pas manqué aussi de féliciter l’Etat malien pour avoir mis à la disposition de son Centre un budget de fonctionnement. Ce qui montre « l’engagement des autorités maliennes et l’importance qu’elles accordent à ce centre ».

Selon les responsables de l’organisation sous-régionale, les produits du CNAP doivent être connus, diffusés et appropriés par d’autres structures afin de prendre en compte leurs recommandations pour prévenir toute sorte de crises, notamment liées à la transhumance.

Par ailleurs, les hôtes du jour ont apprécié le processus du Dialogue politique inclusif, tout en espérant que leur institution sera invitée à jouer un rôle dans ce sens.

BD/MD (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur