Transport ferroviaire : La DBF redonne le sourire aux riverains des rails

Après plus d’une année d’interruption, le train voyageur a sifflé de nouveau sur la voie ferrée Bamako-Kayes sous l’égide de Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF). Cette reprise a comblé de joie des populations riveraines. Pour ce voyage inaugural, un passager spécial à bord, le ministre des Transports et du Désenclavement, Moulaye Ahmed Boubacar, pour davantage motiver les populations à emprunter  ce moyen de transport.

Accompagné des membres de son cabinet et des autorités de Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF), Le ministre des Transports et du Désenclavement a constaté de visu, par ce déplacement, l’importance socioéconomique de train voyageur pour les riverains des rails. Partout où le train passait, la joie était immense.

Surtout le parcours, elles ont évoqué l’importance du train pour les communautés. “Le train est pour nous ce que le Nil représente pour l’Egypte. Sans le Nil, l’Egypte souffrirait et sans le rail les populations riveraines ne font que souffrir”, a laissé entendre Mamadou Dialla Traoré, un riverain.

Adama Camara du Collectif sauvons les rails, d’ajouter : “Sans train, il n’y a pas de vie le long des rails”.

Les autorités municipales et les notabilités des localités d’escale, en plus de manifester leur joie, ont invité le ministre à tout mettre en œuvre pour que cette joie qui les anime depuis le 23 décembre 2017 (date de la reprise) soit continuelle. Elles ont aussi invité les populations à jouer leur partition.

“La joie qui anime les populations depuis la reprise du train est immense. Les populations souhaitent qu’il y ait de nouveau train, mais il faut qu’elles arrêtent de voler le train. Elles doivent comprendre que c’est les frais de transport qui maintiennent le train en marche”, a précisé le sous-préfet de Néguéla, Dissana Fatou Daou.

Face aux multiples demandes de maintien du train en état de marche et conscient de l’importance que cela suscite, le ministre des Transports et du Désenclavement a assuré les population que le gouvernement fera tout dans ce sens. Il a informé de l’arrivée prochaine de nouvelles machines. Ce voyage a permis au ministre de visiter les gares entre Bamako et Kayes et se rendre compte de conditions de travail des agents.

Impacts importants

Dakar-Bamako ferroviaire (DBF) est l’organe de la gestion de la phase transitoire de la société Transrail-SA. Sa mission est de faire en sorte que l’activité ferroviaire soit relancée. Il a pris fonction le 7 mars 2016 et devrait mettre en œuvre un financement de 7,5 milliards de F CFA. Les difficultés sont nombreuses : la vétusté des rails, le manque de locomotives.

L’impact économique du train voyageur pour les riverains des rails n’est plus à démontrer. Les commerces dans les gares, de Bamako à Kayes, en passant par Kati, Kita, Toukoto, Dio… en est la parfaite démonstration.

“L’arrêt du train avait asphyxié les localités riveraines. Avec le retour du train, les populations écoulent plus rapidement les production locales”, s’est félicité un riverain. D’autres de rappeler qu’avec la reprise du train, les villages riverains sont mieux ravitaillés.

L’opérationnalisation du train va permettre de mieux ravitailler le marché national en de temps record.

“Avec le train, le ravitaillement du marché est plus garanti, car le train comporte  une quarantaine de camions”, a précisé Amadou Ciré Sall, responsable des infrastructures de la société de gestion de DBF.

Avec les trains, les routes auront assurément une plus grande longévité, a assuré un responsable de DBF.

Youssouf Coulibaly, envoyé spécial    

————————————————-

TRAIN VOYAGEUR : Ce qui va changer dans la gestion de DBF

Le ministre des Transports et du Désenclavement,  Moulaye Ahmed Boubacar, entend mettre fin au laxisme dans la gestion de Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF), organe de gestion de la phase transitoire, pour éviter les mêmes erreurs à l’origine de l’arrêt momentané du train voyageur.

Le 25e voyage du train voyageur qui relie Bamako-Kayes a reçu à son bord le ministre des Transports et du Désenclavement, accompagné des membres de son cabinet, des journalistes et des responsables de DBF. L’objectif de ce voyage était de constater par lui-même la reprise des activités du train voyageur et des conditions de travail des agents.

“Nous allons être rigoureux sur la gestion. Elle ne sera plus comme avant où on faisait voyager des membres de sa famille sans payer les frais de transport”, a averti le ministre. Et d’inviter les agents à plus de rigueur dans l’organisation des voyages. “Il faudrait éviter de mettre les bagages avec les passagers. Cela contribue à la dégradation du train”, a-t-il rappelé.

La bonne gestion des machines permettra de générer des ressources pour non seulement améliorer les conditions de travail des agents, mais aussi de permettre à la DBF de s’offrir de nouvelles machines pour la satisfaction de sa clientèle.

Le ministre a aussi donné des précisions sur les arriérés de salaire des agents maliens de DBF. Selon lui, cette situation était due à l’inactivité de DBF. Et pour régler la situation, l’Etat a fait des subventions qui ont permis de payer une partie des arriérés et la réhabilitation d’anciens trains pour relancer le tronçon Bamako-Kayes.

A l’en croire les autorités maliennes sont à pied d’œuvre pour développer le secteur ferroviaire au Mali. Pour cela il a annoncé l’arrivée prochaine de machines (locomotives) et de voitures (wagons).

Selon le ministre Moulaye Ahmed Boubacar, la reprise du train voyageur est la manifestation de la volonté du président de la République de favoriser le désenclavement intérieur et extérieur du Mali.

Youssouf Coulibaly, envoyé spécial

 

Source: L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur